Anamor

La Porte du Chaos, L'intégrale de la trilogie

La Porte du Chaos, L'intégrale de la trilogie
Catégorie de lecture : 
Fantasy
Première parution VO
1991

Critique de l'oeuvre

Soixante ans ont passé depuis que l'Equilibre a été instauré. La Porte du Chaos se situe en effet ces quelques années après la fin de la trilogie Le Maître du temps. L'ordre ne règne plus en maître mais chacun sur Terre est autorisé, invité à choisir le camp auquel il désire se vouer. Seuls les hauts personnages se doivent -même s'ils ont une préférence- de bénir les dieux des deux camps.
Pourtant cette paix, toute relative, va être mise à mal lorsqu'une enfant nait, et que le haut initié de l'époque, Keridil Toln, -l'un des derniers survivants de l'époque, l'un des derniers survivants à avoir connu la guerre entre le Chaos et l'Ordre, entre Yandros et Aeoris- met en garde son ancien ami le désormais dieu du Chaos Tarod contre ce petit être qui vient de naitre et qui semble sans défense : Ygorla.
A nouveau la guerre sera sur le point d'éclater ! Qui de l'ordre ou du chaos emportera cette nouvelle bataille ? Quel rôle aura Ygorla dans cette bataille ?
La Porte du Chaos reprend les bases de l'ancien. Ici, pas de bien ou de mal, l'Ordre et le Chaos sont deux entités qui se partagent le monde et permettent un équilibre. Cependant, tout au long de l'histoire, le parti pris par Louise Cooper lors du Maître du temps ne changera pas : le Chaos semble être meilleur que l'Ordre. Le Chaos a instauré l'équilibre, l'Ordre veut régner en maître tout puissant sur les humains. Le Chaos veut éviter la mort de l'un des leurs quand l'Ordre veut s'en servir pour asservir Yandros…
Ne vous attachez pas aux personnages, Louise Cooper est la reine pour faire disparaitre certaines personnes et en un rien de temps. Alors que certains chapitres leurs étaient dédiés, que la narration leurs prêtait ses yeux, quelques lignes suffisent à les mettre à mal. C'est surprenant quand ça vient. Du coup on les oublie vite. D'ailleurs Cooper aime que les choses aillent lentement. La menace s'intensifie au fil des chapitres, les dieux n'apparaissent que plus tard, et sont relativement statiques. Pour preuve, Tarod n'apparait que dans le second tome, et proche de la fin.
Cette trilogie est assez dure pour qui a de l'imagination. Les détails de tortures sont assez clairs et plutôt dévastateurs. L'auteure s'en est donnée à cœur joie et il conviendrait peut-être d'éviter la trilogie aux plus petits.
Enfin j'aimerais finir par le format : une intégrale chez Bragelonne. Ce format permet, en plus d'économiser pas mal d'argent (l'intégrale quasi au prix du premier tome), de découvrir un univers complet sans devoir attendre les tomes suivants (parution ou achat). La couverture est éblouissante et les pages sont blanches et de qualité. Un régal pour les yeux.
A lire bien évidemment.

Critique publiée par NicolasAdministrateurNicolas216 romans critiqués depuis le 11 mai 2008, le 14 janvier 2011

Achetez ce livre au prix éditeur -5% et soutenez Anamor
  • Broché : Amazon.fr  FNAC.com

L'argent récolté n'a pas pour but de rémunérer les administrateurs ou les rédacteurs. Toute somme obtenue est utilisée pour entretenir et améliorer Anamor.


Par l'auteur de La Porte du Chaos, L'intégrale de la ...

  • Le maître du temps, L'intégrale de la trilogie

Le coin des internautes

Connectez-vous pour publier votre commentaire sans attendre la validation d'un administrateur. Par ailleurs, l'inscription ne prend que quelques secondes.

Pas encore d'avatar