Anamor

3001, L'Odyssée finale

Critique de l'œuvre

1000 ans après l'échec de la mission Discovery en 2001, le corps de l'astronaute Frank Poole est découvert et ramené à la vie. La terre n'est pratiquement plus vivable en surface, et les hommes se sont réfugiés dans d'immenses tours, nommées Afrique, Amérique, Asie et Pacifique, qui montent jusqu'aux limites de la stratosphère. Frank Poole doit s'adapter à un millénaire qui n'est pas le sien avec toutes ses avancées technologiques qui font alors le quotidien des habitants de la terre. Mais il devra bientôt retourner dans la région de Jupiter, sur Europe, pour rentrer en contact avec son ancien collègue Dave Bowman, prisonnier du monolithe noir.
Très décevant. C'est le sentiment qui se dégage de ce livre. Alors, bon, il n'est pas mauvais en soi, mais comparé à 2001 et 2010, on est vraiment très loin du niveau atteint par ses prédécesseurs. Arthur C. Clarke a eu quelques difficultés avec 2061 pour faire le lien avec les épisodes précédent : ici, c'est encore plus flagrant. On était resté, dans 2001, avec l'idée du corps sans vie de Frank Poole dérivant dans l'espace, et de se laisser raconter ici qu'en fait, on l'avait retrouvé par hasard et ramené à la vie ne prend pas. De plus, on a également du mal à croire qu'il soit aussi facile de vivre dans un monde qui compte 1000 ans de plus que ce qu'on connaissait. Au delà des avancées et évolutions technologiques, il y a forcement des concepts qui sont totalement hors de compréhension pour quelqu'un qui ne les connait pas. C'est un peu comme si vous ressuscitiez Hugues Capet et que vous lui fassiez visiter Paris, en lui parlant de télévision, d'iPhone, d'internet, de voiture, etc. Mais ici, non, notre ami Frank, tel Buck Rogers, même s'il est quelque peu surpris, s'adapte assez facilement à son environnement.
Comme dans 2061, l'action tarde à arriver. Alors, comme d'habitude, nous avons droit à une foule de détails et de descriptions assez précises sur les lieux, l'environnement et les technologies de ce millénaire. La lecture est donc plutôt assez agréable et rapide. Mais l'intérêt de ce livre, est quand même, de connaitre ENFIN le dénouement de l'histoire et d'avoir les réponses aux questions que l'on se pose sur ce satané monolithe noir. Et c'est la que ce livre est vraiment décevant : pendant les trois quarts, tout tourne autour de Franck et de sa découverte de l'an 3001, puis tout s'accélère vers la fin, avec un combat pour sauver l'Humanité. Et même là, on se dit que l'auteur aurait pu trouver mieux (avec des méthodes rappelant étrangement Independance Day, pour dire…).
On sent qu'Arthur C. Clarke a cherché à finir tant bien que mal cette série, et que tout ce qui faisait le charme des 2 premiers épisodes est définitivement enterré ici. On a l'impression qu'il ne savait pas trop comment se sortir de là, ni comment faire le lien avec les autres personnages de la série. Quant à la raison d'être du monolithe, on est loin de ce que laissait présager les autres livres, et on ne peut être que déçu quand on connait l'auteur et son imagination débordante. A ne lire que si vous voulez vraiment connaitre le dénouement de l'histoire.
3001, L'Odyssée finale
Une critique signée Adol
Inscrit le 01 février 2010  |   23 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Science fiction, Polars - Thrillers
Adol

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
0
0
1
0
0
 
Pas encore d'avatar

HAL

"3001 Odyssée Finale" , "ah enfin je vous pouvoir connaître la fin !" me suis-je écrié en achetant ce livre , je fut tout comme 2061 déçut ... Nous retrouvons 1000 ans plus tard Franck Poole repêché aux alentours de Uranus et ramené à la vie. Clarke nous décrit sur un peu plus de la moitié du livre les évolutions et environnements de ce nouveau millénaire où Franck s'adapte très facilement ... Tout comme 2061 l'histoire et lente , l'action en commence qu'en fin de livre , les informations sur le monolithe reste flou nous comprenons vaguement sont origine . J'ai beaucoup apprécié le début du livre où Clarke nous décrit cette année 3001 , et personnellement j'ai trouvé cet partie très réussis. Mais après quand l'histoire démarre enfin , je me suis ennuyé comme jamais , du même niveau que 2061 une vrai déception malgré les efforts fais...
Un livre que je conseil uniquement à ceux qui veulent arriver à la fin de cette quadrilogie sinon même conclusion que pour 2061 restez aux deux premiers.
Je fais donc une courte conclusion sur cette quadrilogie des odyssées de l'espace : Clarke nous offre une série en demi teinte , les deux premiers livre excellents et les deux derniers décevants . Clarke nous offre une odyssée sur deux points , la quête de l'Homme et de son origine réelle , et une odyssée politique mettant en scène un futur où les pays du monde coopéraient pacifiquement .


HAL - 13 mai 2012 -