Anamor

44 jours

Critique de l'œuvre

44 jours nous conte la folle histoire vraie de Brian Clough, fantastique buteur de l'équipe de Sunderland, alors pensionnaire de seconde division. A la suite d'une grave blessure, le jeune homme aux 204 buts en 222 matchs avec l'équipe de Middlesbrough est contraint d'arrêter sa carrière de joueur. Mais son mental d'acier et sa détermination lui permettront d'embrasser la carrière de manager, son but ultime étant de devenir le plus jeune sélectionneur de l'équipe nationale d'Angleterre. Mais son tempérament et ses convictions ne plaisent pas à tout le monde, dans ce football anglais alors régi par la triche et les pots de vins.
44 jours est une biographie romancée dont l'auteur, David Peace, se place en autobiographe.
44 jours est un roman dont le sujet est le football, réservé aux amateurs de football (perception d'un lecteur lambda). Et pourtant même les fans de football n'y trouveront pas leur compte. En effet, dès les premières pages, la lecture est incohérente et confuse. Le lecteur n'arrive jamais à cerner de quoi parle Brian Clough. Il fait constamment un parallèle entre son management au quotidien, l'équipe de Derby et l'équipe de Leeds qu'il managera plus tard. Ce n'est pas compréhensible.
De plus la narration de David Peace est pauvre. Cet auteur a l'habitude de répéter trois fois ce qu'il raconte (ce qu'il raconte, ce qu'il raconte) et ce, parfois, toutes les cinq lignes. Les phrases sont riches en termes familiers et insultes. Malgré des phrases très courtes, le lecteur (fan de football) s'ennuie profondément et a l'impression de lire un roman amateur, très mal écrit.
A noter que 44 jours a été adapté au cinéma en 2009 par Tom Hooper : The Damned United.
44 jours
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar