Anamor

Cinq semaines en ballon

Critique de l'œuvre

En plein 19e siècle, la haute société anglaise se lance de nombreux défis pour explorer le monde. Savants et bourgeois tentent d'obtenir leur lettre de noblesse en parcourant les contrées inconnues avec l'Empire britannique. Alors que de nombreux aventuriers ont échoué à la conquête de l'Afrique, le docteur Samuel Fergusson annonce qu'il a trouvé un procédé révolutionnaire pour traverser le continent africain en quelques semaines. Son ingénieuse solution permettra ainsi de raccourcir les distances, de cartographier au mieux le continent africain, mais aussi et surtout, d'éviter les sauvages qui ne feraient qu'une bouchée de nos aventuriers. Cette solution : c'est la voie des airs.
Pour ceux qui ont déjà lu du Jules Verne, les bases de ce roman sont bien connues. Un membre de la haute société se lance dans un défi insensé, n'obtenant le support que de son serviteur et d'un fidèle ami prêts à braver la mort. Alors que tout est sous contrôle, de nombreuses péripéties vont ajouter du rythme et pimenter un peu ce merveilleux voyage. Le roman (un peu moins de 400 pages) est découpé en 43 courts chapitres de 7/8 pages.
Publié en 1863, on se rencontre avec le recul que l'auteur possédait un énorme savoir, tant les contraintes et solutions techniques sont détaillées et fort bien expliquées. Catégorisé en tant que roman classique, cela pourrait faire fuir les plus jeunes ayant peur de ne pas accrocher avec le style d'écran. Comme tous les Jules Verne, "Cinq semaines en ballon" est très accessible et reste une valeur sûre. Cependant, si vous souhaitez débuter avec cet auteur, je conseillerais "Le tour du monde en 80 jours" qui reste un niveau au dessus.
Cinq semaines en ballon
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar