Anamor

Des nœuds d'acier

Critique de l'œuvre

Avril 2001. Dans la cave d'une ferme miteuse, au creux d'une vallée isolée couverte d'une forêt noire et dense, un homme est enchaîné. Il s'appelle Théo, il a quarante ans, il a été capturé par deux vieillards qui veulent faire de lui leur esclave.
Comment Théo a-t-il basculé dans cet univers au bord de la démence? Il n'a pourtant rien d'une proie facile : athlétique et brutal, il sortait de prison quand ces deux vieux fous l'ont piégé au fond des bois. Les ennuis, il en a vu d'autres. Alors, allongé contre les pierres suintantes de la cave, battu, privé d'eau et de nourriture, il refuse de croire à ce cauchemar. Il a résisté à la prison, il se jure d'échapper à ses geôliers.
Cette histoire est surprenante. Le lecteur va être amené à vivre les aventures de notre personnage dans un huit-clos aussi surprenant que stressant. Le sujet de la séquestration n'est pas forcément "innovant" mais il est traité remarquablement. Ceux qui connaissent les œuvres de Franck Thilliez feront la comparaison avec Vertige mais Sandrine Collette n'a, à mon sens, rien à envier aux grands maîtres des thrillers concernant l'atmosphère de son livre. Attention toutefois, ne vous attendez pas à suivre une enquête policière effrénée, ce roman se porte plus sur le côté psychologique de l'enfermement.
C'est un livre très difficile à lâcher et cela d'autant plus qu'il n'est composé que de 257 pages. Pourtant la fin est assez prévisible et c'est à mon sens le petit point négatif.
Un premier roman poignant qui donne indéniablement envie de lire d'autres livres de cette auteure qui semble être prometteuse. Je ne suis d'ailleurs pas la seule à le penser puisque son deuxième roman "Un vent de cendres" a été sélectionné pour le prix des lecteurs du livre de poche 2015.
Des nœuds d'acier
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar