Anamor

Dollhouse 1, Le carrousel éternel

Critique de l'œuvre

Aïcha, Lacey, Cassie et Ethan se retrouvent en forêt pour un projet d'école. Suite à une dispute, Aïcha s'enfuit et devient introuvable. Les jours passent et la police soupçonne le petit ami, Ethan, d'être responsable de sa disparition. Quand des indices sont retrouvés chez lui, il sait qu'il n'a plus le choix. S'il veut éviter la prison, il doit découvrir ce qui est arrivé à Aïcha. La dernière fois qu'il a vu la jeune fille, c'était près du manoir lugubre caché en pleine forêt. Ethan, Cassie et Lacey décident d'y retourner et de passer les portes de cet horrible endroit dans le but d'innocenter Ethan et de retrouver la trace de leur amie. Mais rien ne va se passer comme prévu et la découverte qu'ils vont faire est à peine croyable. Ils se retrouvent dans une maison de poupée géante, sombre, humide, effrayante et il ne semble plus y avoir de sortie. Ils sont à présent piégés, voués à être les gentils jouets de Jessamine.
Extrait :
« Nous balayâmes la pièce entière de nos faisceaux de lumière avant de sortir. Ils se posèrent sur les visages blafards des filles. Elles se réveillèrent toutes les trois et s'assirent les unes après les autres Leurs corps squelettiques ne remplissaient pas entièrement leur chemise de nuit. Elles avaient toutes d'immenses yeux au milieu de visages émaciés et ressemblaient à un jeu de poupée russes avec leurs joues et leurs lèvres peintes en rouge. »
Nous plongeons dans ce roman jeunesse fantastique avec plaisir et frisson. Nous sommes loin de la jolie maison de poupée douillette et confortable. Il fait froid, la nourriture se fait rare et d'horribles clowns et poupées monstrueuses dotés de vie surveillent leurs faits et gestes. Leur quotidien est un cauchemar qui n'a aucun sens. Peu importe la direction qu'ils prennent pour s'enfuir, ils reviennent inéluctablement au point de départ. Jessamine est la maîtresse des lieux et dicte sa loi, considérant tous les enfants présents comme ses jouets. La folie et la peur sont palpables. Les découvertes que font nos héros ne font qu'accentuer ce pressentiment que jamais ils ne sortiront d'ici vivants. J'ai dévoré ce roman d'une traite. Parfait à lire pour Halloween. Même s'il s'agit d'un roman jeunesse et que rien ne fasse réellement peur, l'ambiance malsaine et le lieu glauque suffisent à nous accrocher et nous faire ressentir un certain malaise.
L'auteure australienne Anya Allyn signe là un roman jeunesse très réussi. La couverture de Dollhouse est magnifique, comme souvent chez les éditions du chat noir, et représente l'histoire à merveille. Mina. M, est une illustratrice de talent que l'on peut découvrir par exemple dans les magnifiques illustrations du roman graphique "Willow Hall". Je recommande vraiment ce livre et j'ai hâte de découvrir la suite. 4 tomes sont annoncés par la maison d'édition.
Dollhouse 1, Le carrousel éternel
Une critique signée Mosaik
Inscrit le 17 mai 2017  |   39 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans fantastiques
Mosaik

Dollhouse sur Anamor (Série en cours)

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar