Anamor

Dôme, roman 1

Critique de l'œuvre

Alors qu'une journée paisible et ensoleillée passe sur Chester's Mill, que les oiseaux chantent, que les habitants vaquent à leurs occupations quotidiennes, un avion, des animaux se retrouvent coupés en deux ou s'écrasent contre une paroi invisible. Cette dernière, qui ne craint ni les coups, ni les armes à feu et qui fait même exploser des pacemakers porte très rapidement un nom : le dôme. Toute la ville est enfermée, coupée du monde extérieur. Le train-train quotidien n'est plus et bientôt c'est toute la civilisation et ses hiérarchies qui est remise en cause.
Première déception, la version française qui sépare le roman en deux. La dépense qu'implique l'achat de deux grands formats est excessive (11€ pour la VO contre 44€ pour la VF). Merci Albin Michel.
Et quelle déception ! Alors certes, quand on sait que l'histoire se déroule en plus de 1 000 pages, on peut accepter quelques longueurs mais dans Dôme, Stephen King s'égare au possible. La présence du Dôme est très peu mise en avant. Elle n'est qu'un prétexte à la mise en place d'un huis clos dans une ville américaine remplie d'américains moyens au QI plus que douteux.
De nombreuses personnes sont passées au crible, ce qui hache la lecture et la rend plus difficile. Le lecteur est assommé de protagonistes, souvent peu intéressants et très insipides. Heureusement que les deux personnages principaux que sont Julia et Barbie rehaussent le niveau.
Tout n'est néanmoins pas mauvais, la narration est fluide et très bien construite et le roman se réveille 100 pages avant la fin, présageant d'un second tome bien plus intéressant. Pour conclure, le lecteur ne doit pas s'attendre à une intrigue autour du dôme, mais la refonte d'une société où certains, avides de pouvoir se déchaînent, n'hésitant pas à se débarrasser des gêneurs...
A noter que Stephen King ajoute une part de fantastique qui jusqu'à présent est très négligeable.
Pour finir, ce roman n'est pas sans rappeler le film des Simpsons dans lequel un dôme entoure la petite ville de Springfield. La suite du roman nous révèlera peut-être si Stephen King est allé plus loin dans la copie du dessin animé.
Dôme, roman 1
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (2)
1
0
0
1
0
 
Pas encore d'avatar

Adol

Un peu déçu également, l'intrigue très SF à la base qui m'avait séduit, n'est que très peu mise en avant. Le dôme n'est que prétexte à des interactions humaine. Le tome 2, au rythme un peu plus soutenu que le tome 1, révélera quelques informations, mais comme dans beaucoup de ses autres romans, l'auteur ne nous en apprendra pas beaucoup plus sur le pourquoi du comment. Ce qui est dommage, car j'avais trouvé que l'explication donnée à la fin aurai mérité une part plus importante dans l'histoire.

Par contre, ce "huit clos" explore toutes les facettes des différents protagonistes, et à ma connaissance, c'est un des livres du King qui comporte le plus de personnages. Les différents caractères sont très poussés dans leur description. Mais, effectivement, cet afflux de détails ne sert pas forcement l'histoire en elle même, qui du coup, s'étire en longueur. Ceux qui attendent un peu d'action doivent donc patienter de nombreuses pages...

Je reprocherai également quelques passages un peu "crades", parfois à la limite du soutenable, qui même si ils forgent l'image des personnages, n'apportent rien au déroulement même de l'histoire.

Pour info, les droits du livre ont été réservés pour une adaptation cinématographique. En l'état, le résultat me fait un peu peur...


Adol - 04 octobre 2011 -

Pas encore d'avatar

Salut tu es un peu dure dans ta critique. Perso je trouve que c'est un très bon Stephen King, après c'est le style de l’écrivain de présenter aussi bien tout ses personnages pour qu'on puisse bien les imaginer, dans presque tout c'est livres c'est le cas.

Ce qui m’a fait réagir c'est cette phrase :
"La suite du roman nous révèlera peut-être si Stephen King est allé plus loin dans la copie du dessin animé."

Non mais quand même tu imagines bien qu'un romancier du talent de notre King n'a pas copier les Simpson lol il buche sur ce livre depuis 10ans, c'est un grand hasard que les Simpson soit aussi sous un Dôme (ou alors c'est eux qui on copier vu que Dôme est en travaux depuis plus longtemps). Je ne sais pas si tu connais les livres Gone de Michael Grant mais l'histoire et un peu du même genre, sauf que tout les gens de plus de 15ans disparaisse et que sous le dôme il reste seulement des enfants de moins de 15ans.

En tout cas ta critique est bien, comme on dit chacun ses gouts

A+ Gossip


Gossip - 04 octobre 2011 -