Anamor

Dynamique du chaos

Critique de l'œuvre

Gys est une âme tourmentée qui ne se sent à sa place nulle part. Ce monde n'a pas l'air fait pour lui. Il vit en dehors de ce monde "normal". Rien ne peut l'apaiser ou le rendre heureux, excepter la drogue, mais surtout, son ange, Séverine. Elle représente tout aussi bien l'extase absolue que le chaos. Leur amour est passionné, trop passionné, au point de devenir destructeur. Gys sait que pour ne pas perdre totalement pied, il doit s'éloigner de son ange. Pourtant, il lui est impossible de vivre sans elle. Dans son enfer personnel où règnent le sexe malsain, la drogue, le chaos absolu et la violence, Gys ne souhaite qu'une chose, sortir des ténèbres avec Séverine et accéder à la lumière.
Ghislain Gilberti nous livre un roman autobiographique très personnel, très dur et parfois insoutenable. Ce n'est pas une claque, mais un mur en pleine face que je me suis pris. L'auteur nous raconte 4 jours de sa vie. Cela semble peu, mais en réalité, je ne suis pas sûr qu'il aurait été possible d'en supporter davantage. La violence extrême et le mode de vie malsain et destructeur m'ont vraiment mise mal à l'aise à de nombreuses reprises. Ce n'est pas que je ne suis pas habituée à ce genre de lectures, mais je n'en ai jamais lues qui soient autobiographiques. C'est ce qui rend la lecture plus dure à encaisser.
Malgré la défonce constante, Gys porte un regard assez juste sur la société. C'est quelque chose que j'ai apprécié. Loin d'avoir le cerveau complètement cramé, il nous livre son analyse de la société, des gens, du monde en général avec une lucidité déconcertante.
Les citations sont vraiment à leur place et intégrées intelligemment.
Il est difficile de se rendre compte de l'enfer que vivent les toxicomanes, tant qu'on ne le vit pas de l'intérieur. Mais l'auteur nous ouvre la porte de cette garce qu'est la dépendance et nous montre comment elle peut détruire des vies. On n'en voit qu'une partie ici, mais cela suffit je pense, à nous faire réfléchir à deux fois avant de tenter l'expérience.
À travers les mots, le langage utilisé, on ressent vraiment toutes les émotions que l'auteur a voulu faire passer. Les phrases peuvent être percutantes, courtes, vulgaires, effrayantes ou poétiques.
Le principe de mettre non seulement le jour, mais aussi l'heure en début de chapitre rend parfois le récit oppressant. Surtout à la fin où le temps devient son pire ennemi. On sent que l'auteur a écrit avec ses tripes et je suis heureuse de l'avoir découvert et d'avoir la version non censurée.
C'est un énorme coup de cœur pour moi. Non pas pour l'histoire, car je ne souhaite à personne de vivre ça. Il n'y a rien de romantique ou d'enviable ici, mais pour la capacité, le courage et le talent de Ghislain Gilberti à nous retranscrire une histoire difficile, avec autant de réalisme, de sincérité et d'émotion. Il y a des livres que l'on n'arrive pas à lâcher tant on veut connaître la suite mais que l'on se force à reposer, ne voulant pas arriver à la fin trop vite. Celui-ci en fait partie. J'ai vécu ce livre. Je me suis tellement crispée lors de ma lecture à m'inquiéter pour les personnes de ce roman, que j'en suis ressortie courbaturée.
Cependant, en raison des scènes de violence et de sexe plutôt dégradantes, ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Dynamique du chaos
Une critique signée Mosaik
Inscrit le 17 mai 2017  |   39 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans fantastiques
Mosaik

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar