Anamor

En vieillissant les hommes pleurent

Critique de l'œuvre

Nous sommes dans les années 60, au sein de la famille Chassaing. Le père, Albert, fils d’agriculteur, est devenu par la force des choses ouvrier chez Michelin. Suzanne, la mère, est femme au foyer, elle élève leurs deux enfants et s’occupe aussi de Madeleine, la mère d’Albert.
Le fils aîné, Henri, est ingénieur, mais pour l’heure, il est parti faire la guerre en Algérie. Le plus jeune, Gilles, passe son temps à lire, mais il a parfois des difficultés à l’école et l’examen approche. Son père, ne pouvant l’aider lui-même, le confie donc aux bons soins de leur voisin, Mr Antoine, un ancien instituteur.
C’est un roman en deux parties : dans la première partie, la plus longue (300 p.) « en vieillissant les hommes pleurent » nous sommes dans les années 60, Gilles a 10 ans. Dans la deuxième partie « L’imaginot ou Essai sur un rêve du béton armé» nous sommes en 2011, Gilles a 60 ans, il est prof de lettres modernes à l’université.
J’ai beaucoup aimé ce roman. J’ai aimé l’histoire, mais également et surtout la façon dont elle est racontée. C’est un livre qui parle un peu de la guerre d’Algérie. Qui parle aussi de la première guerre mondiale et de la ligne Maginot (j’en ai appris des trucs là-dessus ! Merci Mr Seigle) Mais c’est surtout un livre qui parle des gens et de ce qu’ils ressentent. Un très beau roman.
Un extrait : « Nu, il se crut presque mort. Il posa les pieds dans la rivière, laissa la fraîcheur de l’eau remonter par ses pieds pour l’irriguer tout entier. Il resta ainsi, debout. Il eut l’impressions de fondre, puis de s’effondrer sur lui-même, avant de finir par s’allonger sur les pierres et la vase jusqu’à ce que ce filet d’eau glacé continue de le recouvrir, dégringole sur ses épaules, lui parle aux oreilles, l’inonde, l’immobilise et engloutisse dans le courant ce nouveau sanglot si difficile et si ancien qui le secouait tout entier. »
En vieillissant les hommes pleurent
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar