Anamor

Et ils oublieront la colère

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Dans ce roman policier un peu atypique, on suit en réalité 3 histoires.
Une se déroule en été 1944, à la libération. Une femme (Marianne) violée par un occupant allemand est accusée d’avoir pactisé avec l’ennemi et est frappée, violée et tondue par les (pseudo) résistants. Le livre s'ouvre sur une scène frappante : la fuite de Marianne devant la foule en furie.
Une autre se passe de nos jours, en septembre 2015 : Mehdi, prof d’histoire passionné a peut-être un peu trop fouillé un passé encore sensible pour certains. Il a payé le prix fort : il est mort, assassiné.
Et enfin la 3ème histoire, petits morceaux parsemés au fil du roman. C’est l’histoire d’une femme, Garance Calderon, Capitaine de Gendarmerie.
Un chapitre après l’autre, en alternance (1944/2015) on suit le Capitaine Calderon dans sa double enquête. Elle pense que ce qui est arrivé en 2015, le meurtre de ce prof d’histoire, a sa source en 1944.
Au fil de son enquête, des bribes de sa vie nous parviennent, nous amenant non seulement à mieux la connaître, mais aussi à comprendre sa façon de voir les choses, ses réactions, son empathie croissante pour Marianne.
30 pages avant la fin, on nous donne la réponse de l’énigme. Moi, je ne vous la donnerai pas.
Un bon moment de lecture, une partie de l’Histoire (les tondues de la libération) qu’on ne trouve pas si souvent dans les romans et encore moins dans les polars.
Et ils oublieront la colère
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar