Anamor

Et tu n'es pas revenu

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Marceline Loridan-Ivens nous raconte sa vie, et plus précisément une partie de sa vie, ce qui lui est arrivé quand elle avait 15 ans.
Son adolescence s’est passée durant la seconde guerre mondiale, elle était juive et a été déportée avec son père dans les camps de concentration.
Très franchement, je n’aime pas lire les livres qui parlent de cette période. Je suis lâche, je le reconnais. C’est trop douloureux, trop monstrueux d’imaginer le mal qu’on a fait à tous ces gens. Et au nom de quoi ? De la bêtise, de l’ignorance… Je n’arrive pas à comprendre, ça me dépasse.
En racontant son histoire, elle ne se plaint même pas de ce qui lui est arrivé, elle regrette juste que son père ne soit pas revenu aussi. Il lui avait dit « Toi tu reviendras peut-être parce que tu es jeune, moi, je ne reviendrai pas ».
Ce qui m’a marqué dans ce livre, c’est que jusqu’à maintenant je me disais, au moins ceux qui sont revenus, ont pu poursuivre leur vie, se reconstruire, fonder une famille…
Mais en lisant ce livre, je m’aperçois qu’il est impossible d’oublier toutes ces horreurs et que les survivants sont marqués à jamais et pas seulement par un numéro sur leur bras.
Elle dit à un moment « Je n’ai jamais eu d’enfants. Je n’en ai jamais voulu. (…) Plus aucune femme ne saignait, certaines se demandaient s’ils ne mettaient pas du bromure dans notre nourriture, c’est juste que les cycles de la vie s’étaient interrompus. La maternité n’avait plus de sens, les bébés étaient les premiers envoyés au gaz. »
Ce roman est une sorte de lettre à son père, dans laquelle elle lui raconte sa vie.
Ce n’est pas un livre qui vous fera pleurer, non, il vous prendra aux tripes et vous fera -peut-être- réfléchir.
Et tu n'es pas revenu
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar