Anamor

Even dead things feel your love

Critique de l'œuvre

Lord Joshia Scarcewillow, un vampire plutôt blasé de sa longue vie décide de retourner vivre dans sa demeure familiale en Angleterre. Il fait la connaissance d'une jeune femme dont il tombe amoureux, Abigael, qui sera la meilleure chose mais aussi la pire qui puisse lui arriver. Après un drame, nous suivrons la déchéance et les pensées de cet être si sombre mais au combien fascinant.
Ce livre m'a envouté du début à la fin !
Reprenons du début par cette fabuleuse couverture d'Alexandra V. Bach qui est une talentueuse illustratrice. Une couverture chic représentant à merveille Josiah dans une société anglaise très protocolaire. Rien que cette couverture me donnait envie de découvrir ce livre.
En lisant ce texte composé de mots choisis avec soin, j'avais la sensation de lire un long poème tout en entendant une mélodieuse musique dans ma tête. Alors j'ai pris mon temps et j'ai lu plus lentement pour m'imprégner au mieux de l'époque, des lieux, des personnages, des sentiments aussi torturés que passionnés.
Il peut être très déstabilisant de ressentir autant de compassion pour un être si démoniaque.
Josiah est un VRAI vampire ! il est cruel, se nourrit de sang humain et n'a aucune pitié ou compassion pour l'être humain. Et pourtant, à travers ce récit, je n'avais qu'une envie. Qu'on lui accorde une seconde chance pour qu'il retrouve sa part d'humanité et l'espoir qui l'avait gagné peu de temps après son arrivée au manoir de Crimson Dawn's Hill.
On ne suit pas, ici, un vampire qui scintille et fait se pâmer les demoiselles en montrant sa bonté, son corps sexy et sa richesse accumulée. Bien au contraire, on découvre un vampire dans toute sa décadence, ne pouvant se résoudre à s'ôter "la vie" sans avoir la force de profiter de celle-ci. Sa faiblesse le rend humain de bien des manières et sa douleur ne peut laisser indifférent.
À croire que mort ou vivant, l'amour peut se révéler être un dangereux poison.
Even dead things feel your love est une histoire d'amour, de drame, de tristesse infinie, de rage, d'espoir et de rédemption.
"Abigael, même les choses mortes comme moi peuvent ressentir ton amour."
Even dead things feel your love
Une critique signée Mosaik
Inscrit le 17 mai 2017  |   39 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans fantastiques
Mosaik

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar