Anamor

Fairyland

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Alysia Abbott nous fait partager son enfance puis son adolescence. Elevée par un père poète et homosexuel (sa mère est décédée dans un accident de voiture quand elle était toute petite) dans le San Francisco des années 70, son enfance a été plutôt particulière.
Ce livre est à la fois un hommage à Steve Abbott, le père, l’homme, le poète et à la fois une sorte de thérapie pour sa fille. Une biographie et une autobiographie en même temps. Alysia Abbott s’est servie de ses propres souvenirs bien sûr, mais aussi de photos, des carnets intimes écrits par son père, de témoignages d’amis pour écrire cette tranche de vie (22 ans) qu’elle a partagée avec son père.
Un père aimant, une relation très forte mais parfois difficile à gérer pour une adolescente qui rejette la différence et ne veut pas se sentir en marge.
Au point d’être dans le déni total quant à la maladie de son père (le sida). Père dont elle finira par s’occuper, un peu à contrecœur car elle veut continuer sa vie et refuse plus ou moins de se rendre compte à quel point son père est malade (il est mourant).
Ce que j’ai apprécié dans ce livre, c’est la franchise d’Alysia qui se montre avec ses qualités et ses défauts. Elle aurait pu nous cacher certaines choses, mais elle a choisi de livrer un témoignage sincère. Témoignage d’une époque, d’une ville, d’une culture et surtout témoignage de l’amour d’une fille pour son père.
Fairyland
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar