Anamor

Haute tension à Palmetto

Critique de l'œuvre

Belfond
Ce roman nous a été offert par les éditions Belfond !
Alors là, je dis non !
Préfacer un roman pour le remettre dans le contexte d’une époque, ok.
Pour expliquer sa place dans l’œuvre de l’auteur, pourquoi pas.
Mais une préface qui vous résume tous les points importants de l’histoire, non !
Je n’étudie pas ce livre pour l’école, je le lis pour mon plaisir. Où est le plaisir –et surtout celui de la découverte-, si on vous a déjà tout résumé ??
Conclusion, la préface est intéressante, mais lisez-là après avoir lu le roman.
Vernona, une jeune fille séduisante et qui cherche sa voie, arrive à Palmetto, petite bourgade tranquille et endormie du sud des Etats-Unis, pour y être la nouvelle institutrice.
Sa jeunesse, sa beauté et sa liberté vont déclencher des ravages dans la population mâle, du plus jeune au plus vieux, il n’y aura pas un homme pour rester indifférent à ses charmes.
Toute cette passion d’un coup, cela va bien sûr déclencher des colères, des jalousies, des bagarres et un drame.
Un roman dramatique donc, mais aussi comique, les personnages pas très dotés côté cerveau, étant de vraies caricatures, le tout confinant parfois à la farce.
C’est le premier roman d’Erskine Caldwell que je lisais mais j’en lirai d’autres, c’est plaisant. Une peinture pas forcement très idéale de l’Amérique, contrairement aux films de super héros. Un auteur qui a beaucoup été interdit et on peut comprendre pourquoi, sa description de l’homme blanc vivant dans un trou paumé du sud des Etats-Unis n’étant pas des plus flatteuses.
Haute tension à Palmetto
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar