Anamor

Il est de retour

Critique de l'œuvre

Belfond
Ce roman nous a été offert par les éditions Belfond !
Berlin, 2011 : soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague et constate que le monde a bien changé.
Et comment ! Le salut nazi n’est plus de mise, de nombreux turcs déambulent librement dans les rues et ont des magasins, une femme dirige le « Reich » et le Deutsch Mark a cédé sa place à l’Euro.
Il n’en faut pas moins pour motiver Hitler à reprendre du service pour remettre le pays dans le droit chemin.
Première étape, se faire connaître. Le destin va lui en donner l’opportunité grâce à une équipe de télé, qui, motivée par sa ressemblance frappante avec le défunt Führer et sa verve toujours aussi efficace va lui donner sa chance dans une émission.
Le buzz est immédiat !
En ces temps de crise, le franc-parler du trublion plait. Enfin quelqu’un qui dit ce qu’il pense et tout n’est pas forcément à jeter.
Hitler sent que le pays est prêt. Il ne lui reste plus qu’à trouver la situation propice à son retour au pouvoir…
Livre à la couverture évocatrice au premier regard, « Il est de retour » est un roman à succès Outre-Rhin. Traduit dans trente-cinq langues, prochainement adapté au cinéma, cette satire de Timur Vermes est intéressante et ce à plus d’un titre.
Dans un premier temps, cela porte à réflexion sur l’évolution de notre société. Mondialisation, média tout puissants, télé-réalité, réseaux sociaux. Finalement, peut-on dire que notre société progresse ?
Par ailleurs, l’histoire qui nous est narrée nous montre qu’il est possible qu’un homme, même connu pour son passé et ses crimes, sur un quiproquo, peut être amené à revenir sur le devant de la scène. Apprenons-nous réellement de l’Histoire ? N’est-elle pas qu’un éternel recommencement ?
En revanche, je n’ai pas vraiment été conquis par le style d’écriture.
En effet, le rythme est lent et très descriptif. L’histoire n’avance pas vraiment et la conclusion laisse, selon moi, à désirer.
Il est également agaçant de voir s’enchainer les quiproquos faisant passer Hitler pour un clown et ses interlocuteurs pour des andouilles.
En conclusion, mon avis est mitigé. A lire par curiosité.
Il est de retour
Une critique signée Benjamin
Inscrit le 19 décembre 2013  |   21 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Romans historiques
Benjamin

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
0
0
0
0
1
 
Pas encore d'avatar

Nicolas

Comme le dit Benjamin, ce roman est d'une lenteur incroyable.
Faire revivre un ancien personnage est assez courant et les réactions à la découverte de notre monde sont toujours marrantes au début mais lassantes à la longue.
La critique de l'économie actuelle, avec, par exemple, son ultra mondialisation est, elle-aussi, de mise et enfin tous les chapitres sont basés sur des quiproquos, ce qui, au fur et à mesure des pages ennuie.
Finalement, même si les situations diffèrent, les chapitres se ressemblent tous...
Bref, je ne suis pas allé jusqu'au bout.


Nicolas - 06 juillet 2014 -