Anamor

Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d'enfants et puis...

Critique de l'œuvre

Belfond
Ce roman nous a été offert par les éditions Belfond !
Il était une fois une jolie princesse et un prince, doté d'un je-ne-sais-quoi de féminin. Elle est en danger, il vole à son secours. Ils vivent heureux, ont beaucoup d'enfants, et puis... les années passent. La princesse regarde son beau château, ses beaux enfants, quelle est cette mélancolie qui la tenaille ? Ce manque qu'elle ne parvient à formuler ? Cette nostalgie d'un moment perdu qu'elle rejoue sans fin dans sa tête : ce moment où, juste avant que ses lèvres ne se posent sur celles de la grenouille, juste avant que la monstrueuse créature ne se transforme en prince charmant, tout était encore possible...
La Belle qui éprouve des regrets d'avoir épousé la Bête ; Jack, celui du haricot magique, qui se la joue bling-bling et flambe avec les oeufs d'or de la poule ; la sorcière d'Hansel et Gretel qui se retrouve vieille et seule dans sa grande maison de pain d'épices désespérément vide... Neuf contes revus et parfois corrigés par Michael Cunningham, pour nous démontrer que si parfois tout est bien qui finit bien, bien souvent hélas, même le plus beau des contes peut avoir une fin cruelle.
Attirée par la couverture et le titre plein de mystère de cette oeuvre, c'est avec un plaisir non dissimulé que j'ai commencé ma lecture. Ce n'est pas une seule et unique histoire mais dix contes qui sont ici revisités par l'auteur. Cynisme et humour noir sont on ne peut plus présents. Comme nous le dit le livret de presse : « Adieu les étoiles dans les yeux, l'heure du désenchantement a sonné ». Et c'est exactement cela ! L'auteur amène les contes de notre enfance au 21ème siècle tout en allant plus loin que l'histoire originale. Et oui, cela ne se termine pas toujours par un mariage, des enfants et de l'amour éternel, malheureusement le vice de l'humain reprend le dessus et vient gâcher cette fin idyllique. On prend plaisir à chercher à quels contes l'auteur fait illusion et à retrouver les points communs et bien sûr les différences entre la revisite et l'héritage littéraire.
Certes les contes sous leur forme première permettent de développer l'imaginaire collectif, mais est-ce le bon message qui est véhiculé à travers ceux-ci ? En lisant ce roman, je vous dirai qu’il y a un juste milieu à trouver et qu’il faudrait réussir à allier le côté décalé et le côté traditionnel pour atteindre l'équilibre.
Si vous êtes encore sceptique, sachez que ce livre est très court, 194 pages et écrit avec une grosse police, donc il y a peu de risque de tourner en rond !
Pour ma part et comme vous vous en doutez je ne peux que le recommander !
Ils vécurent heureux, eurent beaucoup d'enfants et puis...
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
0
0
1
0
0
 
Pas encore d'avatar

Nath56

Je n'ai pas lu celui-ci, mais je connais un auteur qui est très fort pour revisiter les contes, c'est Neil Gaiman.
Je ne peux que vous recommander sa version de Blanche-Neige (Dans son recueil de nouvelles "Miroirs et fumée", c'est la dernière, vous ne pouvez pas la louper !) Vous ne la lirez peut-être qu'une fois, mais vous ne l'oublierez jamais !!


Nath56 - 30 avril 2016 -