Anamor

Kate Hannigan

Critique de l'œuvre

Prix du Club des Lectrices Charleston 2017
Ce roman fait partie du Prix du Club des Lectrices Charleston 2017 !
Par une froide nuit de décembre, à la veille de Noël, une très jeune femme célibataire, Kate Hannigan, est en train de mettre au monde son bébé. Ou du moins elle essaye, car elle est faible et fatiguée… Elle est surveillée et aidée dans son travail par le Dr Rodney Prince, un jeune médecin qui a choisi de mettre son talent et son savoir au service des plus démunis.
La femme qui faisait office de « sage-femme » lui ayant fait faux bond et sentant qu’il va avoir besoin d’aide, il envoie chercher son collègue, le Dr Davidson. En attendant, il laisse ses pensées vagabonder. Il pense à sa femme qu’il adore mais qui se refuse à lui nuit après nuit…
Un extrait (p.8) :
« Kate s’entendait gémir. Ses plaintes lui paraissaient flotter autour d’elle, puis elles s’élevaient jusqu’au plafond et se heurtaient au plâtre sale. La plupart restaient groupées au-dessus de sa tête, dans la tache sombre qui ressemblait à un cheval à trois pattes, son compagnon et son confident depuis qu’elle était petite. Il ne se formaliserait pas de recueillir ses pleurs ; il savait tout d’elle, ses péchés, les pensées secrètes dont elle avait honte, par exemple lorsqu’elle se disait qu’il ne pouvait pas y avoir de Dieu. Elle avait lu un jour que les gens comme le père O’Malley s’employaient uniquement à les empêcher de réfléchir, elle et ses semblables. Parce qu’une fois qu’ils commenceraient à réfléchir, ils n’accepteraient plus de subir les choses comme elles étaient…»
Kate, une jeune fille intelligente, a eu une relation avec un jeune homme de bonne famille qui a profité de sa jeunesse et de sa naïveté. De retour chez ses parents le temps de mettre au monde son bébé, elle ressent une fois encore toute l’agressivité et la méchanceté de son père.
Le Dr Prince, quant à lui, aurait pu exercer la médecine dans une prestigieuse rue de Londres, il a choisi les quartiers pauvres afin de se sentir réellement utile. C’est un homme torturé par l’amour fou qu’il porte à sa femme, amour qui n’est pas réciproque. Il rêve d’une maison pleine d’enfants et sa femme ne veut pas en entendre parler…
Deux âmes sensibles et écorchées qui vont s’approcher puis se tenir à distance au fil des années et des ragots. Malheureux en amour, de rang social éloigné, tout les oppose mais ils rêvent à tour de rôle d’un amour impossible.
Un joli conte qui montre aussi comment on vivait à cette époque, la place de la religion, le poids du « rang » social… Une belle romance teintée d’une légère critique de la société de l’époque. Un roman qui m’a bien plu !
Kate Hannigan
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar