Anamor

L'art difficile de rester assise sur une balançoire

Critique de l'œuvre

Pauline pensait avoir une vie parfaite. Un mari génial, trois beaux enfants et suffisamment d'argent que pour pouvoir être mère au foyer sans craindre de soucis financiers. Mais ça, c'était avant que Yann, son mari, lui annonce qu'il est amoureux de sa meilleure amie (à elle), Mélanie, qu'il couche avec elle depuis des mois, et qu'il veut divorcer. Et par un coup du sort incroyable, voilà que la Mélanie en question est assassinée peu de temps après que Yann ait révélé leur trahison.
"L'art difficile de rester assisse..." raconte l'histoire d'une femme trahie, qui se bat pour survivre au départ inattendu de son mari. Constatant qu'elle gère mieux sa haine pour Mélanie du fait que celle-ci est morte, Pauline va mettre en place tout un système pour ne plus avoir aucun contact avec son ex-mari, afin de pouvoir s'imaginer qu'il est mort lui aussi. Mais si à force de le souhaiter, cela arrivait pour de vrai ?
J'ai trouvé ce roman un peu longuet. La première moitié n'est qu'une longue suite de plainte diverses et variées d'une femme un peu pathétique qui ne se remet pas du départ de son mari. On a juste envie de la secouer un bon coup. Les choses s'agitent un peu plus dans la deuxième moitié, mais sans décoller vraiment. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'on s'ennuie pendant 200 pages, mais ce livre ne m'a vraiment pas passionné. Dommage, j'aimais beaucoup le titre, mais le reste n'est pas à la hauteur.
L'art difficile de rester assise sur une balançoire
Une critique signée Chantal
Inscrit le 06 juin 2010  |   95 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Chantal

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar