Anamor

L'Attrape-coeurs

Critique de l'œuvre

Holden, 17 ans, vient d'être expulsé de son lycée. Une fois de plus. Alors qu'il ne doit repartir chez lui, à New York, que quelques jours plus tard, il se dispute avec son voisin de chambre, et décide de quitter l'établissement directement. Il prend donc le train vers New York. Ne voulant pas rentrer chez ses parents avant d'être sûr qu'ils aient appris et digéré la nouvelle de son expulsion, il décide de se payer quelques nuits d'hôtel.
On suit alors Holden pendant ses trois jours en solitaire, entre ses longues marches au travers de la ville, ses souvenirs, et ses beuveries quand on veut bien lui servir de l'alcool malgré son jeune âge.
Ce roman est écrit à la première personne, et dans un langage assez ordurier. Il m'a fallut quelques dizaines de pages pour m'habituer à la manière de parler de Holden. On ne sait pas trop à qui il s'adresse. Au lecteur ? A quelqu'un d'autre ?
C'est un livre assez étrange, dans le sens qu'il ne s'y passe pas grand chose. C'est vraiment "juste" le récit d'un adolescent complètement paumé, qui ne sait pas quoi faire de sa vie, et qui éprouve une espèce de dégoût vis-à-vis de tous les humains, à l'exception notable de sa petite soeur, Phoebé, et de son frère, Allie, décédé quelques années auparavant.
Difficile de dire que c'est prenant et passionnant, mais vu la brièveté du récit, on a pas le temps de vraiment s'impatienter. Et on en ressort avec une impression bizarre, entre pitié et dégoût pour ce gamin à la dérive.
Un livre qu'il vaut la peine de lire, bien que son attrait soit vraiment difficile à expliquer.
L'Attrape-coeurs
Une critique signée Chantal
Inscrit le 06 juin 2010  |   95 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Chantal

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar