Anamor

L'esprit souterrain

Critique de l'œuvre

Le personnage principal vit dans un souterrain : il n'a aucun ami, il ne parle à personne. Il a même réussi à trouver un travail qui lui permet de rester replié sur lui-même. En réalité, il est en contact avec deux personnes : son domestique, avec lequel il est contraint de partager plusieurs heures par jour, et son supérieur hiérarchique, la seule personne avec laquelle il communique vraiment.
Cependant, durant les longues journées où il a vécu en ermite et en parfait solitaire, le héros a contenu et entretenu la rage qui le dévore petit à petit de l'intérieur. Il en arrive à un point où il est entièrement consommé par la haine. Il est devenu exécrable et détestable.
Un jour, il rend visite à un ancien camarade. Comment cette rencontre va-t-elle se passer ?
Fédor Dostoïewsky nous offre ici un roman sombre et dramatique. Le héros ne fait aucune bonne action, ne respecte aucune règle de morale, n'éprouve aucun scrupule. Il ne montre que sa colère, sa haine, ses souffrances et son mépris (celui qu'éprouvent les autres à son égard et celui qu'il éprouve envers autrui).
Les actions des personnages sont bien décrites. Nous connaissons surtout les pensées du personnage principal. Les décors n'ont que très peu d'importance mais il y a néanmoins quelques détails précis sur l'appartement du narrateur.
A noter que cette histoire commence par un long monologue de plusieurs chapitres durant lequel l'auteur explique, par la voix de son personnage, ses opinions vis-à-vis de son mal être.
"L'homme oublie ses instants de bonheur et ne se rappelle que ses moments de souffrance."
L'esprit souterrain
Une critique signée Luc-Antoine
Inscrit le 07 septembre 2012  |   58 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Luc-Antoine

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar