Anamor

L'oiseau de mauvais augure

Critique de l'œuvre

Patrick et Erica, parents depuis peu, sont sur le point de se marier, et sont très en retard dans les préparatifs ! Tandis que Patrick n'a pas une minute à lui à cause de son boulot - il doit gérer l'arrivée d'une nouvelle recrue, un accident de la route suspect et la sécurité d'une émission de téléréalité -, Erica tente de soigner la dépression de sa soeur. Or, très vite, la situation s'emballe. D'autres cadavres sont découverts, qui ne font qu'ajouter à la confusion de l'inspecteur Hedström. Quel est donc le point commun entre les victimes ?
Quatrième livre de la série mettant en scène Patrick Hedström et Erica Falck, "l'oiseau de mauvais augure" utilise la même recette que ses prédécesseurs : beaucoup de morts, un dénouement somme toute prévisible saupoudré de quelques détails inattendus, et des personnages stéréotypés mais néanmoins attachants. Ce livre se lit donc avec plaisir et très facilement.
Et pourtant, on sent arriver le moment où cette recette miracle ne fonctionnera plus. Si c'est toujours bien sympathique de suivre l'évolution des protagonistes récurrents de la série, il semble que Camilla Läckberg n'ait plus grand chose à nous apprendre sur eux, sur leur personnalité. Alors écrire un cinquième roman, à propos d'une cinquième série de meurtres dans un petit village qui est censé être tranquille... Trop serait too much... Par ailleurs, les amoureux du français devront ici passer leur chemin : sujet, verbe, complément. On n'écrit pas pour faire des jolies phrases, mais uniquement pour faire avancer l'histoire, ce que je n'avais pas ressenti lors de la lecture des trois premiers livres. Quant à savoir si c'est parce que ce n'était pas le cas, ou si c'est parce que l'effet de surprise a disparu, laissant apparaître les défauts de la série, il me faudra sans doute attendre de les relire tous pour le savoir.
Cela reste néanmoins un livre agréable à lire si l'on n'est pas trop regardant sur le style. Et si un cinquième roman paraît, il est fort probable que je l'achète pour vérifier si vraiment trop is too much !
L'oiseau de mauvais augure
Une critique signée Chantal
Inscrit le 06 juin 2010  |   95 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Chantal

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (2)
0
0
0
0
2
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

Vraiment perte de temps de lire ce genre de roman qui n'apporte rien...


Stefrisco - 18 juillet 2010 -

Daniel

Il y a trop de bons textes, vingt vies ne suffiraient pas à en faire le tour : pourquoi perdre son temps avec ce genre de "littérature" ?


Daniel - 08 juin 2010 -

Réponse(s)

Chantal

Tout simplement parce que de temps en temps, on a juste envie d'une histoire prenante et sympa, sans plus.
Alors pourquoi pas ? Si ce genre de livre permet de passer un bon moment ? Il ne prétend de toute façon pas faire plus.


Chantal - 08 juin 2010

Nicolas

Il n'y a pas de bonne ou mauvaise littérature.
Le principal c'est de lire.

Nos critiques sont subjectives et n'ont pas le but d'énoncer une vérité. Elles sont là pour permettre à des internautes d'avoir un avis, le nôtre, afin que ceux qui s'y retrouvent dans nos gouts puissent s'orienter plus facilement dans leurs lectures.


Nicolas - 08 juin 2010