Anamor

L'unité

Critique de l'œuvre

Télémaque
Ce roman nous a été offert par les éditions Télémaque !
Dorrit vient d'atteindre la cinquantaine, sans enfant et sans famille, elle est déclarée comme « superflue » pour la communauté. Elle est donc admise dans l'unité. C'est un lieu où la personne qui y est admise sera choyée jusqu'à la fin de ses jours (rien à faire de particulier, aucune obligation) mais où il faut donner de sa personne. Comment ?
Tout simplement en faisant des dons au bénéfice de ceux qui vivent à l'extérieur et qui, eux, sont encore utiles. Cela se présente sous la forme d'un don de rein, de sang, etc. et dans le cas de ce qu'on appelle « le don final », du cœur.
Ce roman nous présente plusieurs sentiments. Tout d'abord la révolte de se retrouver dans l'unité puis vient le bonheur d'y être, la sensation de revivre, l'amour pour finir avec la mort. Une belle palette d'émotions qui nous est présentée avec la très jolie plume de l'auteur.
Il n'y a dans ce livre aucun temps mort pourtant la difficulté qu'a dû avoir Ninni Holmqvist dans son écriture semble bien réelle. L'histoire est originale puisqu'elle ne représente pas à la réalité comme nous la connaissons mais à une réalité qui pourrait pourtant être la nôtre dans le futur. Une vision différente de la société qui fait donc indéniablement réfléchir.
Suite à la lecture de ce roman, certaines questions restent en suspens. La première à nous venir à l'esprit est : pourquoi avoir mis en place une telle société ?
La fin quant à elle tombe tel un couperet, rapidement mais elle n'est, à mon avis, pas forcément bâclée. Le choix de l'auteur concernant cette fin est abrupte mais au final cela ne choque pas le moins du monde.
Un excellent roman et une auteure qui mériterait d'être plus connue !
L'unité
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar