Anamor

La maison en pain d'épices

Critique de l'œuvre

Une série de meurtres semble s'abattre sur la Suède. Les victimes ont toutes le même âge et ont fréquenté dans leur enfance la même école, coïncidence ? Un suspect se dessine de suite : Thomas, un homme sans famille, sans ami, un peu perdu sans la vie et qui cache au fond de lui d'anciens stigmates. Il a été le souffre douleur de tous ses camarades et en est resté traumatisé. A-t-il voulu se venger en tuant ses anciens tortionnaires ? Le commissaire Sörjberg en est convaincu.
La maison en pain d'épices est un roman perturbant. Les premières pages laissent penser qu'il sera très prometteur et l'intrigue semble être très bien pensée. Pourtant, des longueurs sans lien avec l'intrigue apparaissent, les discours alternés de l'assassin et de l'enquêteur nous perdent dans une action pas forcément très originale... les nombreux personnages et les lieux suédois ne nous facilitant d'ailleurs pas la tâche. Enfin, la dernière déception apparait à la fin, au dénouement, où l'on tombe des nues, pas forcément dans le bon sens du terme.
Une histoire sur l'enfance, l'amour, la vengeance et les séquelles physiques et psychologiques qui peuvent survenir à tout âge.
La maison en pain d'épices
Une critique signée Aline
Inscrit le 07 septembre 2008  |   218 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans français
Aline

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar