Anamor

La Pâtissière de Long Island

Critique de l'œuvre

Pour ses 90 ans, Marie souhaite revoir son frère Jonny qui habite en Allemagne. Elle-même habite aux Etats-Unis depuis de longues années.
Jonny va donc faire le voyage, accompagné par sa petite fille, Rona, qui est en pleine crise sentimentale et professionnelle.
Le roman alterne les chapitres qui se passent dans les années 30 (d’abord en frise orientale puis à New-York) avec ceux qui se déroulent dans les années 2000, à Long Island puis en Frise Orientale (Allemagne).
Rona et Marie, la petite nièce et la grand-tante vont se rencontrer, se confier l’une à l’autre, tisser un lien familial et affectif, inexistant auparavant à cause de la distance.
Il y a un tas de choses dans ce roman : de l’aventure avec le départ de Marie pour le nouveau monde, de l’amour, de l’histoire (on traverse le siècle des années 30 à nos jours ou presque) et beaucoup de gourmandise. On suit avec tristesse d’abord puis avec beaucoup de curiosité l’exil forcé de Marie. On la voit se transformer, devenir une jeune femme moderne et décidée, mûrir... Elle a un caractère gai, sympathique et attachant.
Un roman original, qui m’a beaucoup plu, même si il y a un petit détail agaçant : depuis que j’ai commencé à le lire, j’ai envie de manger du Cheesecake !! Je vais sans doute en faire un bientôt d’ailleurs, car les éditions Piranha ont eu la très bonne idée de nous donner la recette sur le marque page fourni avec le livre. Et l’ingrédient secret qui change tout, bien sûr, vous le trouverez en lisant ce roman...
Un petit extrait ?
« Papi et tante Marie avaient les mêmes yeux bleus, des yeux qui semblaient étonnamment jeunes et dans lesquels dansaient à présent de petites étincelles de joie. Si jamais j’avais dû avoir un doute quand au sens de notre voyage, ce moment en serait venu à bout une bonne fois pour toutes. Émue, je me suis mouchée. Cora s’est tamponnée les yeux en douce, Jim a essuyé des perles de sueur sur son visage. Ce n’est qu’à ce moment que j’ai pris conscience à quel point il faisait déjà chaud ici à la mi-mai. »
La Pâtissière de Long Island
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar