Anamor

La petite fille aux araignées

Critique de l'œuvre

Miquette se retrouve à l'hôpital suite à la mort de sa mère et de sa tante. Accompagnée de son ami "Gogol", elle passe son temps à élever des araignées et les nourrir. Oui, mais dans un but bien précis. Ces petites bêtes seraient la clé pour qu'elle retrouve sa mère et que tout redevienne comme avant. Miquette nous raconte son histoire, comment tout a basculé, comment jour après jour, elle voyait sa mère vieillir pendant que sa tante rajeunissait. Depuis qu'elle est internée dans cet hôpital, elle refuse de parler à ce psy à côté de la plaque qui ne comprendrait rien à toutes ses découvertes. Alors elle s'est murée dans le silence en attendant le bon moment pour retrouver sa mère.
Extrait : « Une crampe de trouille m'a tordu le ventre et c'est descendu jusqu'au bout de mes orteils, qui se sont mis à picoter dans mes chaussons. Un œil exorbité, furax, me regardait par le trou. L'œil de tante Madeleine. J'ai fourré l'aiguille dedans. C'est rentré tout seul. Y a du sang qui a giclé. Tante Madeleine a poussé un hurlement atroce, et j'ai eu plein de tâches rouges sur ma chemise de nuit. Alors j'ai perdu les pédales, et j'ai beuglé de toutes mes forces : "Tue-la, Titus, tue-la!" Il est obéissant mon chien. (...) Dévorer tante Madeleine, je crois qu'il ne demandait que ça. »
C'est le premier livre de cette auteure que le lis. L'histoire m'intriguait. Nous suivons les pensées de Miquette. Dans un langage enfantin, mais néanmoins réfléchi, elle nous expose sa théorie pouvant expliquer la mort de sa mère et sa théorie pour la ramener à la vie. Elle ne semble pas dans le déni. Elle semble persuader d'avoir la "bonne formule" pour la ramener. Le récit alterne entre sa vie actuelle à l'hôpital avec le psy qui pose tant de questions, son ami et ses araignées et sa vie d'avant avec sa mère, sa tante et son chien Titus. Une étrange sensation pendant ma lecture apparaissait de temps à autre, à cause du côté malsain et glauque que je ressentais pendant le récit de la petite fille. Certains événements décrits sont censés terrifier les enfants tant la mort et le sang sont présent, pas les rendre indifférents ou... satisfaits ? On se demande si toute l'histoire n'est pas juste la fabulation d'une petite fille dérangée ou si elle raconte ce qui s'est réellement passé. Ce roman fantastique est agréable à lire, mais ne me laissera pas un souvenir impérissable. C'était par moment trop long et plat.
Cela dit, de par le langage utilisé, c'est un livre accessible aux jeunes ados qui souhaiteraient lire un livre fantastique. Je pense que ce livre m'aurait vraiment plu dans mes jeunes années où j'aimais me faire peur avec la série "Chair de poule".
La petite fille aux araignées
Une critique signée Mosaik
Inscrit le 17 mai 2017  |   39 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans fantastiques
Mosaik

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar