Anamor

La révolution des Fourmis

Critique de l'œuvre

Julie Pinson, jeune fille de dix neuf ans va tomber sur le troisième tome de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolue du professeur Edmond Wells. De cette découverte va découler des paroles de chansons. La première révolution sans armes ni blessés va débuter simplement à la suite d'un concert interprété par la jeune fille et son groupe.
103 683° est toujours vivante, et en route pour revoir sa reine. Sur son chemin elle va croiser un groupe de quelques fourmis qu'elle va convaincre de l'aider à expliquer aux autres qu'il faut dompter les Doigts et non les tuer. Sa rencontre avec eux a été plus que bénéfique et elle a pu en apprendre davantage.
Un seul point commun entre ces deux personnages : ils veulent faire changer les choses et exprimer leurs idées.
Le livre est scindé en deux parties, l'histoire de Julie et l'histoire de 103 683 entrecoupées de passages philosophiques de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolue. Livre un peu trop irréaliste avec des passages long, trop long. On a vraiment l'impression que l'auteur s'essouffle dans ce dernier tome. Il a cependant réussi à maintenir l'intrigue durant trois livres ce qui n'est pas aussi simple qu'on le croit. Werber écrit toujours aussi bien, mais le contenu n'est pas à la hauteur, en conclusion, je suis assez déçue.
La révolution des Fourmis
Une critique signée Anais
Inscrit le 31 juillet 2009  |   24 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Science fiction
Anais

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (2)
0
0
1
1
0
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

J'ai aimé la partie avec les fourmis, bien sûr, avec leurs découvertes et leur aventure (et puis, j'adore les animaux, ça aide, donc se retrouver plongée dans leur univers, le rêve !), mais cette fois, j'ai été exaspérée par les humains, qui m'ont presque donné envie de reposer ce livre alors que j'ai dévoré les 2 premiers tomes, et la partie avec les fourmis me donnait heureusement envie de poursuivre ma lecture et d'en connaître la fin.

Notamment, cette Julie Pinson, que tous les hommes (garçons et même les adultes !) trouvent belle à l'obsession (ils ont envie de la toucher, un adulte lui dit d'y aller plus fort sur son jeu de séduction pour les concerts pour attirer plus de monde... !! Suis-je la seule à avoir trouvé ça bizarre et légèrement malsain pour l'adolescente qu'elle devrait être ?), et puis je ne supporte pas son caractère, j'ai trouvé cela un peu exagéré les "pouvoirs" qu'elle aurait avec sa voix, qui hypnotisait presque tout le monde autour...

J'ai été déçue par ce dernier tome au niveau des humains, mais heureusement, j'ai toujours adoré les Extraits de l'Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu ainsi que par la partie consacrée à 103ème, 24ème, et toutes les autres fourmis. Heureusement, car j'avais vraiment adoré les deux premiers tomes, surtout le Premier bien sûr, où j'ai découvert l'univers fascinant des fourmis, qui déjà m'intriguait avant le livre.

Dommage pour les humains de ce livre, je ne les ai pas trouvé attachants du tout.


MATHILDE - 01 novembre 2016 -

Daniel

Je suis tout à fait d'accord : c'est le livre de trop.
"A trop vouloir tirer sur la ficelle, elle se casse"


Daniel - 01 novembre 2009 -