Anamor

La saga du Sorceleur 1, Le Sang des Elfes

Critique de l'œuvre

Du beau royaume de Cintra, il ne reste plus que des ruines. L'empire de Nilfgaard a tout massacré et la reine Calanthe s'est jetée du haut des créneaux. Seule survivante, la petite princesse Ciri a réussi à fuir la capitale. Mais des espions sont aussitôt envoyés à ses trousses. L'enfant semble avoir un rôle crucial dans la destinée de ce monde... Geralt de Riv, le chasseur de monstres, l'a bien compris en recueillant la fillette. Conduite à Kaer Morhen, l'antre des sorceleurs, elle y est initiée aux arts magiques. Aidé par la magicienne Triss Merigold, Geralt découvrira la véritable nature de l'enfant et l'ampleur de ses pouvoirs qui suscitent la convoitise : un mystérieux sorcier est à sa recherche et n'hésitera pas à menacer les amis de Geralt pour arriver à ses fins...
J'ai commencé cette série en découvrant l'adaptation du Sorceleur dans les jeux vidéo "The Witcher". Appréciant l'univers et les personnages, j'ai décidé d'en savoir plus sur l'oeuvre d'Andrzej Sapkowski : j'ai notamment découvert que ses livres sont de véritables best sellers en Pologne et que l'auteur a gagné le prix David Gemmell en 2009. Je suis donc parti sur un a priori plus que positif.
Premier constat : le rythme est plutôt lent. C'est plutôt agréable car on a bien le temps de se poser pour apprécier l'intrigue. Les diverses scènes décrites sont riches, les dialogues et les conversations nourris de sorte que l'on a vraiment l'impression de faire partie de l'aventure.
Dans certains chapitres, les situations sont narrées au travers des yeux de personnes lamba, pour lesquelles les sorceleurs et la magie les dépassent. J'ai trouvé cela intéressant du point de vue de l'écriture et du ressenti en tant que lecteur.
Les personnages sont également très travaillés : Geralt est mystérieux, cynique et ne révèle pas tout son potentiel, notamment son côté guerrier tueur de démons. On sent qu'il a des aptitudes particulières mais elles sont pas mises en avant dans ce premier tome ; Ciri est une jeune fille dynamique, curieuse et courageuse ; les magiciennes Triss et Yennefer ont également leur caractère et un passif important avec Geralt.
A la fin du livre, il y a eu beaucoup d'éléments, de détails mais l'histoire n'a pas véritablement avancé.
C'est un peu le calme avant la tempête. Et cela m'a fortement donné l'envie de poursuivre ma lecture et d'enchaîner avec le deuxième tome.
La saga du Sorceleur 1, Le Sang des Elfes
Une critique signée Benjamin
Inscrit le 19 décembre 2013  |   21 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Romans historiques
Benjamin

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar