Anamor

La saga du Sorceleur 5, La Dame du Lac

Critique de l'œuvre

Les destins de Geralt, Yennefer et Ciri ont pris des chemins différents. Tandis que Yennefer est retenue prisonnière, Geralt passe tout l'hiver de manière fort agréable à Toussaint, principauté de contes de fées. Là, la magicienne Fringilla déploie ses charmes pour y retenir le sorceleur le plus longtemps possible. Quant à Ciri, elle a été projetée dans un monde parallèle en pénétrant dans la tour de l'Hirondelle pour échapper à son bourreau. Retenue par l'elfe Avallac'h, elle ne peut espérer la liberté qu'en acceptant de porter l'enfant du roi des Aulnes. L'enfant de la destinée parviendra-t-elle à s'enfuir pour voler au secours de ses amis ?
Le dernier tome de la saga a suscité chez moi bien des attentes. Sapkowski ayant créé nombre d'intrigues et de personnages, je me demandais bien comment tout cela allait terminer. Et je dois dire que je suis partagé sur mes impressions.
Comme je l'ai expliqué dans mes critiques des précédents tomes, j'ai commencé cette série grâce aux jeux vidéo The Witcher. Dans ces derniers, les personnages sont extrêmement bien réalisés d'un point de vue graphique mais aussi et surtout du point de vue psychologique. Ils sont tous attachants et charismatiques et aucun d'entre eux n'est traité de manière superficielle. Ces jeux étant tirés d'une série de romans, je m'attendais vraiment au même niveau de qualité dans le récit d'origine surtout au niveau de la narration.
Et c'est sur ce point que je ne m'y suis pas retrouvé. Dans ce dernier tome, l'auteur utilise à nouveau une narration par points de vue multiples, ponctuée de sauts temporels. Cet effet, qu'il avait déjà introduit dans le tome précédent et qui m'avait déjà perturbé, est sur-utilisé. En plus de m'avoir perdu à certains moments, j'ai vraiment eu le sentiment que certains passages étaient inutiles. Il tourne autour du pot, fait attendre le lecteur, et quand finalement arrive la phase d'action et de dénouement, j'ai le sentiment que tout est précipité. Beaucoup d'attente donc pour une conclusion qui n'est pas vraiment à la hauteur.
J'ai trouvé ce tome assez inégal. Le tout début est vraiment excellent et j'y ai retrouvé la marque des jeux vidéo. En revanche, la suite du récit avec Ciri, les sauts dans l'espace et le temps ainsi que les récits de batailles sont assez brouillons. La bataille clé de l'histoire (je ne donnerai pas de détails) est également bâclée.
La fin de l'histoire, quant à elle, prend la forme d'un tour d'honneur. Bien qu'assez poétique, je l'ai trouvée assez brouillonne, mais cela n'engage que moi.
La saga du Sorceleur 5, La Dame du Lac
Une critique signée Benjamin
Inscrit le 19 décembre 2013  |   21 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Romans historiques
Benjamin

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar