Anamor

La tour noire

Critique de l'œuvre

1793, le roi et la reine de France meurent, guillotinés, laissant derrière eux, 2 enfants : Marie-Thérèse et Louis Charles, tous deux enfermés dans la prison du temple.
1818, après l'intermède Napoléon 1er, la monarchie est de retour et Louis XVIII est le roi de France. Les séquelles de la révolution sont toujours présentes et la police est dirigée par d'anciens malfrats. Lorsque Hector Carpentier rencontre Vidocq, le chef de la sûreté, ce dernier ne sait pas encore qu'il s'engage dans une histoire formidable quoique dangereuse durant laquelle il sera notamment question de la survie du prince Louis Charles, que tous croyaient alors mort !
Louis Bayard nous livre ici un thriller historique. Il se prête au jeu, bien que sommairement, de dépeindre la France de cette époque, plutôt pauvre et dont les habitants sont loin de se sentir en sécurité. Certains protagonistes du roman ont d'ailleurs réellement existé même si l'auteur les met en scène dans des situations inédites et issues de son imaginaire. Le plus illustre d'entre eux, le personnage de Vidocq est le plus intéressant, car très revigorant. Ce policier très atypique, donne une dimension détendue à ce thriller, et ce dès les premières pages. Derrière sa dureté et son imposante stature, cet homme est plein d'humour et ses attitudes sont assez cocasses. Les autres acteurs, sans être totalement insipides manquent cruellement de saveur.
Outre les personnages, la plume de l'auteur est très bonne. Pas de défaut majeur dans la narration et après une première partie loin d'être exceptionnelle, le lecteur saura apprécier l'enchaînement des rebondissements jusqu'au dénouement final.
La tour noire est un très bon livre avec lequel on passe un agréable moment et qui a au moins le mérite de faire réviser cette époque qui n'est pas des plus étudiées.
La tour noire
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar