Anamor

Le clandestin

Critique de l'œuvre

Joel Backman a passé ces six dernières années derrière les barreaux. Coupable de trahison envers son pays (les Etats-Unis) pour avoir "vendu” à un pays étranger le logiciel JAM, permettant de contrôler un ensemble de satellites espions. Alors qu'il lui reste quatorze ans à tirer, le président sortant, sous pression du directeur de la CIA, lui accorde la grâce présidentielle. Sous escorte, Joel Backman, devenu Marco Lazzeri ira s'enterrer à Bologne, en Italie.
Pourquoi se cacher quand on a été gracié ? La liberté va pourtant de paire avec la grâce présidentielle. Joel se rendra rapidement compte qu'il est en danger et que la CIA l'a libéré dans l'unique but de déterminer qui veut sa peau, et par la même occasion de récupérer des informations capitales sur le logiciel espion qui a finalement disparu de la circulation après l'annulation de la vente.
Le clandestin est un bon roman bien ficelé. Bien que l'on connaisse les intentions de la CIA, l'ignorance de Backman et sa découverte de l'Italie nous plonge dans une balade divertissante. En parallèle des tribulations de notre vieux lobbyiste reconverti en touriste canadien, Grisham met en place la traque finale ; pas de course poursuite tout au long du roman. Les choses s'accélèrent dans les cents dernières pages. Cela signifie-t-il que les trois quart du roman sont ennuyeuses ? Et bien pas du tout. La découverte d'un auteur a ceci d'excitant que le lecteur est ignorant des habitudes du romancier. Décidera-t-il de tuer Joel Backman à la fin, au milieu du roman, dans quelles conditions, quelle mise en scène ? Quels personnages attachants vont mourir, survivre ? Tant de questions qui tiennent en haleine.
La fin n'est pas des plus exceptionnelles mais si elle conclut bien le roman, elle laisse surtout à chaque lecteur la possibilité d'imaginer sa propre fin.
Le clandestin
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar