Anamor

Le dernier juré

Critique de l'œuvre

Le synopsis suivant est tiré de la quatrième de couverture. En effet, cette dernière, qui fut l'objet de mon attirance pour le roman est aussi l'objet de ma déception.
“Alcool, armes, drogue : depuis près d'un siècle, la famille Padgitt se livre à tous les trafics dans la plus totale impunité. Intimidation, crime et corruption sont ses armes pour mettre au pas la population du petit comté de Ford, dans le Mississippi. Mais cette fois les preuves sont trop accablantes : sous l'impulsion d'un juge inflexible et d'un journaliste idéaliste, le jeune Danny Padgitt est convaincu de viol et de meurtre.
Quand il est libéré de prison neuf ans plus tard, toute la ville tremble au souvenir de la terrible promesse de l'assassin : se venger impitoyablement des douze jurés qui l'ont condamné...”
A la lecture d'une telle mise en bouche, le lecteur a de quoi se ravir. Il s'attend à de l'action, à un thriller passionnant dans lequel se mêle meurtres, courses poursuites et suspense... pourtant il n'en est rien. Grisham dresse, à travers les yeux de Willie Traynor, un jeune journaliste du Nord, l'état des Etats-Unis du Sud lors des années 70. Avec pour minuscule fil rouge le procès Padgitt, le lecteur découvrira le développement des Etats-Unis, avec l'essor des centres commerciaux, des grandes sociétés mais aussi la fin de la ségrégation raciale et la surpuissance d'une riche famille outrepassant les lois à coup d'intimidations et de corruptions.
Alors certes la narration est très agréable quoiqu'un peu lente et Grisham semble maîtriser son sujet (la géopolitique de l'époque est bien mise en avant), mais le premier sentiment au bout de quelques pages est bien la déception. Lorsqu'on promet de l'action et qu'on retrouve une narration des plus plates, il est bien difficile de continuer. Et si vous attendiez le retour du meurtrier/violeur qui a promis de se venger bien rapidement, il n'en est rien puisqu'il est liberé moins de 100 pages avant la fin.
C'est désormais en toute connaissance de cause que vous pouvez lire ce roman, qui s'il avait une quatrième de couverture plus fidèle et moins mensongère, aurait pu m'être un agréable moment de lecture.
Le dernier juré
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar