Anamor

Le Marchand de sable

Critique de l'œuvre

Au fil des 100 premières pages (sur 515) qui sont composées de chapitres parfois très courts on fait connaissance avec tous les personnages :
Mikael Kohler-Frost qui était porté disparu depuis 13 ans et déclaré mort depuis 7 ans. Il réapparait, malade, fiévreux, incohérent, mais bien vivant.
Son père, véritable mort-vivant depuis la disparition de ses deux enfants et la mort de sa femme.
Jurek Walter, le tueur en série soupçonné d’être à l’origine de la disparition du garçon.
Puis on rencontre le policier qui recherchait Mikael et sa sœur à l’époque de leur disparition.
On apprend rapidement que la jeune sœur de Mikael, Felicia a de grandes chances d’être encore vivante elle aussi. Et la course contre la montre commence…
Une courageuse jeune inspectrice de police accepte de se jeter dans la gueule du loup, autrement dit, d’aller côtoyer le tueur dans le service psychiatrique où il est enfermé.
L’histoire ainsi découpée en petits chapitres indépendants a beaucoup de rythme et cela permet de passer d’un personnage à l’autre et du passé au présent.
Le tout est assez cauchemardesque et la raison d’être de tout cela terriblement triste.
Et quand on pense à ce que Joona est obligée de faire pour protéger sa famille…
Ames sensibles s’abstenir, c’est plutôt noir et même parfois assez glauque.
Bon, ce n’est pas compliqué. Je me suis réveillée à 4h ce matin et n’arrivait pas à me rendormir, donc j’ai pris mon nouveau bouquin « Le marchand de sable ». Bien mal m’en a pris, je ne me suis jamais rendormie… Par contre, à 10h, je l’avais fini !
Un très bon polar (prévoir quelques heures sans rendez-vous).
Le Marchand de sable
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar