Anamor

Le poison

Critique de l'œuvre

Belfond
Ce roman nous a été offert par les éditions Belfond !
Le poison, c’est une longue introspection. Celle d’un homme, Don, dont on sait juste au départ que c’est un alcoolique. Quand lui prend le besoin de boire, car ce n’est pas une simple envie, c’est un besoin impérieux, il est prêt à tout (ou presque !) pour le satisfaire.
Il se sent si mal, physiquement et moralement lorsqu’il est en manque d’alcool ! Un verre, un seul et il ira mieux. Mais le 1er verre est toujours suivi de beaucoup d’autres et cette lente alcoolisation peut durer des jours entiers.
Les autres personnages du roman, Wick, le jeune frère et Helen, l’éternelle amoureuse, n’apparaissent que très peu, au début et à la fin du roman.
Un roman étrange qui nous installe dans la tête d’un homme malade, alcoolique oui, mais aussi dépressif. Un homme dont on peut parfois se demander s’il a toute sa tête. Un homme qui soigne son mal-être avec l’alcool, et, de ce fait, l’augmente certainement.
On suit Don dans sa longue descente aux enfers tout au long d'un très looong week-end, on constate sa solitude (car même si son isolement est volontaire, sa solitude, elle, ne l’est pas), on partage ses doutes, ses hallucinations et son envie d’en finir.
Un roman en grande partie inspirée par la vie de son auteur, qui mourra d’une overdose à l’âge de 65 ans, alors même qu’il écrivait une suite à ce roman.
Un roman pas toujours facile à lire, j’en ai parfois eu assez de cette lente agonie, mais quelque chose tout de même m’a poussé à le finir ! Une description intéressante, originale et terrible de l’addiction à l’alcool.
Un extrait : « Qui, à part vous, connaissait la sensation de désarroi qui s’empare de vous dans le courant de la matinée, vous fait vous immobiliser d’un coup et vous demander avec angoisse : Quel jour sommes-nous ? Souvent aussi quel mois, quelle saison ? Et ne pas le demander à d’autres que vous-même, parce que vous ne pourriez admettre que vous l’ignorez. Aviez-vous perdu la trace de dix jours ou d’un seul ? Les aviez-vous seulement vécus ? »
Ce roman, sorti en 1944, a rencontré un immense succès. A tel point que Billy Wilder, en a fait un film sorti l'année suivante, film qui remportera à la fois l'oscar du meilleur film à Hollywood et la palme d'or à Cannes. Un roman réédité par Belfond, dans sa "décidément très belle" collection "Vintage" !
Le poison
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar