Anamor

Le Réseau Corneille

Critique de l'œuvre

Nous sommes le dimanche 28 mai 1944, à quelques jours du débarquement allié. Elizabeth Clairet, chef d'un groupe de résistance, est sur le point de lancer une opération commando. Son objectif : attaquer un château situé à quelques kilomètres de Reims qui sert actuellement de central téléphonique pour les forces de l'Axe.
Malheureusement, après plusieurs échecs, elle doit repartir à Londres au centre de commandement du SOE (Special Operations Executive - Service d'espionnage britannique). Son travail est terminé en France. Elizabeth connaît en effet le fonctionnement et le nom de code de la plupart des réseaux de résistance du nord de la France. Ce savoir est inestimable et ne doit pas tomber entre les mains ennemies.
Cependant, Elizabeth tente le tout pour le tout et convainc sa hiérarchie de tenter une ultime opération contre le château de Sainte-Cécile. Cette fois-ci, elle sera à la tête d'un réseau de 5 femmes, une première à l'époque où les femmes n'ont pas leur place dans l'armée. Le temps est compté et les ressources sont très limitées. Cette équipe bien qu'inexpérimentée et totalement hétéroclite va essayer de mener à bien une mission cruciale dans le dénouement de la Seconde Guerre Mondiale.
Comme à son habitude, Ken Follett nous livre un roman extrêmement bien documenté, nous plongeant ainsi dans le quotidien de la résistance française. Les techniques mises en oeuvre pour échapper à la Gestapo nous font vivre le roman avec une intensité omniprésente tout au long de l'histoire.
Bien que sorti avant le film de Quentin Tarantino, ce livre m'a fortement fait penser à Inglourious Basterds : nous éprouvons une forte sympathie pour le “méchant” Franck Dieter. Ce personnage, que Ken Follett a humanisé au possible, jouera à cache-cache avec Elizabeth et usera d'ingéniosité tout au long du roman.
Pour conclure, ce roman fut très agréable à lire et avalé en un peu plus de deux jours. Certains passages sont tirés par les cheveux et auraient mérité un peu de retravail (le recrutement des 5 femmes notamment), mais ça reste un livre que je recommande vivement.
Le Réseau Corneille
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar