Anamor

Le siècle 2, L'hiver du monde

Critique de l'œuvre

Ken Follett continue sa frise historique du 20ème siècle. Près de 15 ans après la fin du premier tome, ce second volume débute avec la montée du nazisme en Allemagne. Les enjeux géopolitiques menant les États-Unis, l'Allemagne, l'Angleterre et la Russie dans la Seconde Guerre mondiale sont habilement traités. Ces enjeux représentent d'ailleurs la plus grande partie du roman, laissant à mon goût, le déroulement des combats de la Seconde Guerre mondiale trop en retrait. L'auteur terminera le roman en évoquant le climat conflictuel entre la Russie et les États-Unis. La Guerre froide sera vraisemblablement le dernier volume.
Plus d'un an après avoir lu le premier, j'ai éprouvé beaucoup de difficultés à rentrer dans l'aventure. Tout d'abord, les protagonistes sont trop nombreux (93 noms présents dans la liste des personnages) et tous ont évolué entre le premier volume et le second. Certains se sont mariés et ont changé de nom, d'autres ont déménagé et changé de pays. Ce joyeux bazar représente une barrière à la compréhension du roman bien embêtante.
Ensuite, je trouve dommage la manière dont l'auteur présente la montée du nazisme. Tous les protagonistes favorables à ce régime sont dépeints comme des personnages sans âme. Or, il aurait été intéressant de nous mettre dans la peau d'un protagoniste pensant agir pour une cause saine, quitte à le faire changer d'avis au fil de l'histoire.
Enfin, j'ai été déçu par le traitement du débarquement, repoussant les forces allemandes. La romance prend le dessus de manière trop importante sur les faits historiques, mettant de côté les préparatifs et le déroulement de qui représente le tournant de la guerre.
Néanmoins, une fois ces déceptions franchies, j'ai pris du plaisir à parcourir les pages. La recette Ken Follett fonctionne toujours.
Le siècle 2, L'hiver du monde
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar