Anamor

Le siècle 3, Aux portes de l'éternité

Critique de l'œuvre

Ce troisième et dernier volet de la saga "Le siècle" aura pour sujet principal la montée du communisme dans le monde, opposant les deux superpuissances que sont l’URSS et les États-Unis. Un dernier pavé composé de plus de 1200 pages qui va nous permettre de revivre la seconde moitié du XXe siècle. Un programme chargé donc : les missiles nucléaires de Cuba, la guerre froide, l’édification du mur de Berlin, la ségrégation raciale aux États-Unis, les frères Kennedy, la guerre du Vietnam, l’émerge du phénomène hippie et l’évolution des mœurs, la chute du communisme, etc.
J’éprouvais déjà une certaine difficulté à me remémorer l’ensemble des protagonistes de cette saga dans le tome 2 (93 noms), c’est pire ici puisque nous retrouvons plus de 100 noms répertoriés en début d’aventure. Finalement, la segmentation et l’implication de chaque personnage ont bien été gérées. On retrouvera à chaque fois un acteur majeur pour chaque thème traité. Il aura autour de lui de nombreux second rôle, mais le lecteur continuera à s’identifier à notre meneur. Les thèmes du livre, cités en début de critique, sont traités par bloc de 200 pages environ. Certains personnages majeurs n’apparaîtront ainsi qu’en toute fin de roman.
Globalement, le livre est très accessible. Ken Follett oblige, la lecture est extrêmement fluide et le contenu très documenté. On prend plaisir à s’immerger dans la vie sociale ou géopolitique d’une époque qui n’est pas si lointaine. Cependant, je suis déçu du traitement de certains thèmes. L’auteur a pris le parti de nous dépendre majoritairement la montée progressive des problèmes, puis, une fois le point de tension maximal obtenu, il passera au thème suivant. La fin du roman, mettant en exergue les solutions aux différents conflits de l’époque, nous donne l’impression d’être dans un TGV. Dommage.
Autre point négatif de ce troisième volet : la volonté de mêler la narration de l’Histoire (avec un grand h) et la fiction romanesque qui va amener l’auteur à nous imposer de nombreux concours de circonstances et une certaine routine. Lorsqu’on suit une famille dans une mésaventure, nous savons par avance que cette famille va accumuler tous les problèmes avant de trouver la solution miracle. Les gentils sont récompensés, les méchants punis.
Cette saga reste tout de même de très bon niveau, j’ai pris un plaisir fou à me replonger dans ce XXe siècle et à suivre de nombreuses générations qui auront contribué à changer le monde.
Le siècle 3, Aux portes de l'éternité
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar