Anamor

Le Silmarillion

Critique de l'œuvre

Ahhh le Silmarillion… Un livre qui vous occupera un moment, surtout si vous voulez apprécier au moins le quart des trésors qu'il recèle. Œuvre majeure qui retrace l'histoire du monde du « Seigneur des Anneaux » et de « Bilbo le hobbit », elle est composée de plusieurs récits. Je vais tenter de vous faire un récit synthétique de chacun.
L'Ainulindalë raconte la création du monde par Ilúvatar, grâce à une musique composée par les Ainur. Ceux-ci peuvent alors choisir de descendre sur le monde où ils deviennent des Valar ou bien rester près d'Ilúvatar.
Dans le Valaquenta sont faites les descriptions des Valar, bons ou mauvais, ainsi que des Maiar, des êtres eux aussi créés par Ilúvatar.
Le Quenta Silmarillion est le récit qui compose principalement l'ouvrage. Il décrit l'histoire des Elfes, puis des Nains et des Humains, la lutte contre Morgoth, le Valar renégat, la création des Silmarils, les fameux joyaux contenant la lumière des arbres originels, ainsi que le désir qu'ils inspirent. Des guerres y sont contées, mais aussi des histoires d'amour, des actes de bravoure, des trahisons…
L'Allakabêth raconte la chute de Númenor, la cité des humains les plus courageux, les plus méritants, les plus sages et les plus puissants, corrompus et pervertis par Sauron, le premier lieutenant de Morgoth, et à coup sûr, celui qui a le mieux retenu ses enseignements.
Enfin les Anneaux de pouvoir énonce la création des fameux anneaux forgés par les Elfes. Sauron tente de s'emparer du pouvoir grâce à eux mais il échoue. Cette partie se termine par le résumé de l'histoire du Seigneur des Anneaux… Evitez de lire les 4 ou 5 dernières pages si vous désirez ne rien connaitre de l'histoire (cela suppose que vous n'ayez pas vu le film non plus car aucun élément n'est rajouté par rapport au film).
Tolkien a réussi à créer un monde avec toute une Histoire, à côte de laquelle celle des rois de France fait bien pâle figure. C'est une œuvre fascinante, mais parfois difficile à suivre, notamment par la multiplication des noms, et le fait que, les Elfes étant pratiquement immortels, l'arrière grand père combat sans aucun problème sur le champ de bataille au côté de son lointain petit enfant. A lire donc armé de patience, en n'hésitant pas à se reporter à l'index des noms et des lieux qui est fait en fin de livre. La carte n'est valable que pour le Quenta Silmarillion, inutile de chercher les lieux qui apparaissent avant ou après.
Malgré ces quelques difficultés, cette lecture est essentielle si vous voulez vous aventurer plus loin dans l'univers de Tolkien. Elle offre des aventures nombreuses et agréables à lire, avec un style qui diffère selon les moments car c'est une œuvre écrite et modifiée durant toute la vie de l'auteur, publiée à titre posthume. Quoiqu'il en soit, si vous êtes un lecteur de fantasy aguerri et que Tolkien vous intéresse, n'hésitez pas un seul instant, ce livre est celui qu'il vous faut !
Le Silmarillion
Une critique signée Julie
Inscrit le 23 décembre 2009  |   10 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Science fiction
Julie

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (2)
2
0
0
0
0
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

Ce livre est parfait. Énormément de noms à retenir, mais c'est aussi ce qui fait son charme. La lecture des Contes et légendes inachevés est intéressante si l'on veut avoir plus d'infos sur différentes histoires.

Très joli commentaire Ju


Felagund - 01 février 2010 -

Plexus

C'est clair que ce bouquin est génial, même s'il est dur à suivre (même pour une amatrice de Tolkien ^^). Il complète vraiment très bien l'univers du Seigneur des Anneaux (les Contes et Légendes des trois ages sont supers aussi).

Par contre je n'ai pas du tout aimé l'édition Pocket, que je trouve brouillonne. Les pages sont fines comme du papier à cigarettes et se tâchent au simple contact du doigt -_-'
Ils n'ont pas non plus fait l'effort, alors que d'autres éditions l'ont fait, de traduire les noms propres en français.

Mais basta de tout ça, ce bouquin est top!


Plexus - 31 janvier 2010 -