Anamor

Le squelette de Descartes

Critique de l'œuvre

Télémaque
Ce roman nous a été offert par les éditions Télémaque !
René Descartes meurt en 1650, à Stockholm, en Suède, lors d'un hiver particulièrement rigoureux. Ce philosophe a consacré sa vie à remettre en question les enseignements antérieurs. Désormais, il fallait penser (cogito), analyser et démontrer les éléments pour les établir. Le tout en fonction de son environnement. Il participera aussi à séparer la religion et à ce que l'enseignement devienne scientifique. C'est le début de la modernité. Descartes donnera même son nom à ce nouveau courant, le cartésianisme.
Peu après sa mort, ses ossements seront enterrés en Suède puis rapatriés en France. Certains diront qu'il manque des parties, d'autres que certains os sont faux. Ce voyage parmi le squelette de Descartes sera l'occasion pour Shorto de nous informer sur l'évolution de la pensée de Descartes au cours des siècles.
Russel Shorto nous livre dans le squelette de Descartes un documentaire très intéressant sur l'évolution de la pensée et de la science au cours des siècles. Au fil de la lecture, l'auteur nous laisse imaginer que notre éducation et notre mode de fonctionnement ne résulte que d'un seul homme : René Descartes. C'est d'autant plus difficile à accepter que cet homme qui se disait capable de faire vivre l'être humain plusieurs centaines d'années est mort à 54 ans, du froid...
Le voyage des os de Descartes débute en 1650 et Shorto va peindre le contexte philosophico-scientifique jusqu'à aujourd'hui. Le point de vue abordé est totalement différent de celui de nos manuels d'histoire. Par exemple, la révolution française est traversée uniquement par le panthéon qui est devenu le cimetière des grands Hommes. Encore une fois à lire Shorto, on a l'impression que le déclin de la religion dans notre société européenne moderne est imputable au seul Descartes. Notre cher journaliste historien va peut-être un peu loin.
Malgré tout, il faut saluer le travail de recherche et de documentation de Shorto qui aura mis plusieurs années pour écrire ce document dans lequel de nombreux grands noms apparaitront : Aristote, Newton, Spinoza, Freud, etc.
A noter que ce livre est un document non romancé. Une lecture rapide le rend indigeste au bout d'une centaine de pages. Lisez un bon roman en même temps et vous serez ravi de vous être autant instruit en à peine 250 pages.
Le squelette de Descartes
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
1
0
0
0
0
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

La construction du livre est très stimulante : pour comprendre le culte voué aux "reliques" de Descartes, l'auteur l'analyse en lien avec la fortune de sa pensée et avec sa renommée. C'est à la fois une synthèse de plusieurs siècle de philosophie (les raccourcis sont parfois inévitables, mais en même temps des penseurs parfois oubliés sont remis en lumière) et une véritable enquête au sens policier du terme.


Ne varietur - 27 avril 2012 -