Anamor

Les aventuriers de la mer 8, Ombres et flammes

Critique de l'œuvre

Le ton monte !
Les chalcédiens ont assiégé Terrilville, pensant que ces derniers tenaient prisonnier le gouverneur Cosgo. Seul un miracle pouvait désormais sauver la ville marchande.
Malta et le gouverneur ont, de leur côté, réussi à s'échapper des ruines, suite à l'éboulement survenu dans la cité du désert des pluies. Mais leur liberté fut de courte durée. Otages des Chalcédiens, ils vont finir sous la coupe de pirates cupides, qui vont essayer de négocier leur liberté au prix le plus fort.
Après avoir passé une alliance avec Reyn Khuprus, Tintaglia se voit confier deux missions : tenir à distance les envahisseurs de la ville des marchands et partir à la recherche de Malta. Cependant, comme toute transaction, cela n'est pas sans prix.
Althéa et Brashen, toujours à bord de Parangon, vont livrer le combat final face au capitaine Kennit. Leur objectif est de récupérer Vivacia, la vivenef familiale. Kennit tentera quant à lui de couler Parangon. Ce dernier semble détenir des secrets qui pourrait mettre à mal le roi des pirates. Le combat semble inégale aux vues des armes de chacun. En effet, Kennit dispose d'une armée de pirates sur-entraînée, d'une vivenef et d'une colonie de serpents destructrice.
On s'y attendait, l'action est de retour après un tome 7 assez calme. Robin Hobb nous emmène sur des chemins sinueux mais arrive à imbriquer chaque élément pour obtenir une intrigue cohérente. Le tome 9 sera le bienvenu pour clore une saga intense mais qui commence à s'essouffler.
Les aventuriers de la mer 8, Ombres et flammes
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar