Anamor

Les Chevaliers du Subjonctif

Critique de l'œuvre

Ce roman est le 2ème volet de la balade d’Erik Orsenna au pays de la grammaire française.
Il a été précédé de "La grammaire est une chanson douce" et suivi de "La révolte des accents", "Et si on dansait ?", "La fabrique des mots".
Chacun peut se lire séparément, mais il y a un fil conducteur : la langue française !
« La conjugaison française compte cinq modes.
L'indicatif compte dix temps, le subjonctif quatre, l'impératif, l'infinitif et le participe deux. »
Si on me parle comme ça, je pars en courant !
Mais Erik Orsenna a le don de rendre intéressantes les choses qu’on imagine les plus barbantes (genre : la grammaire). J’adore sa façon d’écrire…
Dans ce livre, il nous parle des modes de conjugaison, de l’indicatif, du subjonctif, du conditionnel, nous les explique, mais pas sous la forme d’une leçon de grammaire, non, sous la forme d’un conte.
Extrait :
« – Qui êtes-vous ? je veux dire : qui êtes-vous, les Subjonctifs ? Des malades ? Des dangereux ? Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi le dictateur Nécrole vous déteste tant, pourquoi il veut lancer l’assaut contre vous.
– Je te l’ai expliqué : le subjonctif est l’univers du possible.
– Et alors ?
– Réfléchis un peu, Jeanne. Qu’est-ce que le possible ?
– Quelque chose qu’on pourrait faire…
– Mais qu’on n’a pas fait. Pas encore fait. Pas voulu faire. Réclamer le possible, tout le possible, c’est critiquer le réel, le monde tel qu’il est, la pauvreté, les injustices. Et donc critiquer les politiques qui veulent que rien ne change : ils se satisfont très bien du monde tel qu’il est.
– Le subjonctif est un mode révolutionnaire, c’est ça ? »
Je pense que cet extrait vous aura montré bien mieux que je n’aurais su le faire, à quoi ressemble ce livre ! N'hésitez pas...
Les Chevaliers du Subjonctif
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar