Anamor

Les derniers jours de Paris

Critique de l'œuvre

J'ai acheté ce livre en toute confiance car j'avais véritablement dévoré l'ouvrage précédent intitulé Les orphelins du mal. Ce n'est aucunement une suite. C'est l'histoire d'un tout jeune professeur à la Sorbonne Sylvain et d'une jeune adolescente surdouée Trinité confrontés aux « mystères « de Paris, les anciennes carrières plus ou moins oubliées, les catacombes bien sûr… Les deux jeunes gens finiront par trouver un fabuleux secret.
Tout commence par l'innondation de Paris et des milliers de personnes qui vont se réfugier sur la Tour Eiffel et des milliers d'autres dans la tour Montparnasse : c'est palpitant dès le départ, mais zut ! c'est pas la réalité, il s'agit d'un passage du livre catastrophe SOS Paris du célèbre écrivain Marcomir qui vient jeter le trouble dès le début. Quelques pages plus loin il est question de rapt d'enfants, encore une dizaine de pages et on assiste à la disparition de singes blancs pensionnaires du Jardin des Plantes. Et savez-vous qui est la directrice de ce haut lieu parisien c'est Gervaise Masson la maman de notre héros Sylvain ! Bon arrêtons le massacre comme on a coutume de s'exprimer : inutile de vous dire que j'ai été affreusement déçu. Du bavardage, du bavardage, rien que du remplissage ! A la 180ième page on est guère plus avancé qu'à la 15ème… Je ne parlerais bien sûr pas de la fin qui est de la même veine que tout le reste.
En conclusion j'ai passé de très mauvais moments et je regrette vraiment les 19.90€ que j'ai dû débourser pour ce ramassi de courants d'air.
Les derniers jours de Paris
Une critique signée Daniel
Inscrit le 02 avril 2009  |   21 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans français, Romans historiques
Daniel

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (2)
0
0
0
0
2
 
Pas encore d'avatar

Pas encore d'avatar

Pitoyable.
Un invraisemblable scénario catastrophe concernant Paris submergé par les eaux. Disparition de singes au Jardin des Plantes, kidnapping de cinq enfants, une surdouée, l'ancien cours de la Bièvre, les catacombes,... tout un charivari de situations grotesques et bancales. Des personnages au prénom ridicule (Gervaise, Lubin, Protais, Trinité,...), certains disparaissent au bout de quelques pages (l'inspecteur Parasia, Muguette l'amie de la petite surdouée, quid du méchant Marcomir,...). J'ai continué ma lecture car le style est correct (tout juste) en me disant que pour avoir été publié, ce bouquin devait réserver une fin épatante, mais non, le final est absurde. J'ai rarement lu une telle "bouse".


Kerrofr - 29 mai 2010 -

Pas encore d'avatar

Ennuyeux au possible, l'auteur n'arrive pas à nous embarquer dans l'histoire...


Joss - 15 juillet 2009 -