Anamor

Les Lions du Panshir

Critique de l'œuvre

Ce roman nous invite à suivre Jane, jeune étudiante étrangère habitant Paris et folle amoureuse d’Ellis. Cet Américain, un poète vivant comme un bohème, a su la conquérir. Indépendante, intelligente et idéaliste, Jane va découvrir que cet homme, avec qui elle partage sa vie depuis un an, est en réalité un agent de la CIA qui a profité d’elle pour infiltrer une cellule terroriste.
Poursuivant ses convictions, elle va quitter Ellis, se jetant dans les bras de Jean-Pierre et va partir pour une mission humanitaire d’une durée de deux ans en Afghanistan. Jane a du mal à s’acclimater dans ce pays où les droits des femmes sont en partie "bafouées". La vie est dure, les conditions de vie éprouvantes, mais la cause en vaut toutes les peines du monde. Malheureusement pour elle, Jean-Pierre pourrait également jouer un double jeu à son insu.
Ken Follet nous dépeint superbement l’environnement afghan des années 90. Les conditions de vie, la guerre faisant rage entre les guérilleros et les russes, ainsi que la mission des aides humanitaires, tout y est. Malheureusement, le personnage central de Jane n’est pas maîtrisé. Le comportement de ce protagoniste est inconstant durant tout le roman : tantôt féministe et indépendante, tantôt soumise. Je n’ai pas réussi à la cerner et ne me suis en aucun cas attaché à elle.
L’action est présente dans la seconde moitié du roman, cela a pour conséquence de voir les pages défiler à vitesse grand V jusqu’au terme de l’aventure.
J’ai pris ce roman par défaut, car je souhaitais lire quelque chose de court (405 pages). L’objectif est atteint, c’est là l’essentiel.
Si vous ne connaissez pas Ken Follett, préférez Les piliers de la terre, car Les Lions du Panshir est un livre correct, mais loin d’être inoubliable.
Les Lions du Panshir
Une critique signée Rémi
Inscrit le 02 juillet 2010  |   65 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Rémi

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar