Anamor

Les marcheurs 1, Genèse

Critique de l'œuvre

Louis, professeur d'histoire/géo trentenaire, emmène sa classe au camp de concentration de Natzweiler, afin de leur faire découvrir l'horreur du nazisme pendant la seconde guerre mondiale. À travers des reconstitutions, des vidéos et collections d'objets de l'époque, il espère captiver son auditoire d'adolescents turbulents, geeks et fatigants, le temps d'une journée. Mais tout vire au drame quand un membre du personnel du camp, casse une fiole retrouvée dans une cachette du camp et datant de la guerre. Ce ne sont pas seulement les recherches cachées de l'époque par les SS qui sont dévoilées, mais une arme de destruction jamais exploitée jusqu'ici. En effet, celui que l'on appellera le patient 0, semble développer une infection, jusqu'à ce qu'il meurt... puis revienne à la vie. Guidé par un seul instinct, dévorer de la viande fraîche. De là, tout va très vite et toute personne mordue ou griffée devient contaminée à son tour. Dans la panique générale et voyant que l'armée elle-même est dépassée, Louis décide de sauver ses élèves coûte que coûte en fuyant le camp de Natzweiler. Seulement voilà, les accès sont coupés, les morts-vivants se font plus nombreux et lutter pour la survie de tout le groupe s'annonce difficile.
Extrait : « cinq marcheurs gisaient sur l'asphalte, ralentissant à peine l'avancée de leurs congénères qui pataugeaient dans un sang noirâtre, épais et nauséabond dont une petite brise ramenait vers nous les effluves. (...) quelques décharges de plombs ouvrirent une ou deux têtes, tandis que de nouveaux assaillants apparaissaient en bas de la pente. La contamination était plus importante que ce que nous avions supposé, et le claquement de nos armes dans la montagne devait rameuter tout ce que la vallée comptait de zombies. »
Je découvre Denis Labbé avec ce premier tome de la saga "Les marcheurs", et je dois dire que j'ai pris plaisir à découvrir cet univers. Il faut dire qu'après avoir visionné la dernière saison de The walking dead, continuer l'aventure des zombies par un roman sur le sujet était bien tentant. J'ai beaucoup aimé ce petit cours d'histoire en début de roman sur le camp de Natzweiler/Struthof. Cela ne fait pas de mal de réviser un peu notre histoire avant que cervelles et morceaux de chairs ne jaillissent de nulle part. Louis est un peu un anti-héros. Il ne sait pas se battre, il ne sait pas se servir d'une arme, il se sent mal à la vue des zombies et panique facilement. Pourtant, il sait prendre les bonnes décisions et son courage va sauver la mise à ses élèves plus d'une fois. Parmi ces derniers, on retrouve tous les stéréotypes et c'est assez sympa de les voir au final se souder les coudes pour leur survie. Mention spéciale néanmoins pour Tanguy, le geek de service qui a bien fait de prendre son manuel "Guide de survie en territoire zombie" avec lui. Il lui aura finalement bien servi. Nous allons donc suivre toute cette troupe à laquelle se greffe un soldat et une employée du camp, dans leurs aventures. Ils traverseront des villages infectés, chercheront à rentrer chez eux par tous les moyens en éliminant un maximum de marcheurs sur leur passage. La fin laisse présager une suite haletante et fort intéressante. Même si j'aurais aimé plus de combats au corps-à-corps que de fuite, j'ai été séduite par ce début prometteur et espère voir la suite assez rapidement en librairie.
Les marcheurs 1, Genèse
Une critique signée Mosaik
Inscrit le 17 mai 2017  |   39 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans fantastiques
Mosaik

Les marcheurs sur Anamor (Série en cours)

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar