Anamor

Les voies de l'ombre 2, Stigmate

Critique de l'œuvre

A ne pas lire si vous n'avez pas lu Prédation et qu'il vous plairait de le lire.
Kurtz est de retour dans ce deuxième volet des voies de l'ombre, marqué par une chasse à l'homme plutôt formidable.
L'inspecteur Rufus Baudenuit est séquestré dans la dernière geôle de Kurtz. Andreas Darblay tente de retrouver une vie normale avec sa petite fille Clara. Thomas Davron ne cherche qu'une chose, retrouver Baudenuit. Le commissaire Béranger à la retraite c'est Eliah Daza qui prend la relève et se lance à la recherche de Kurtz, plus connu sous le nom d'Olivier Lavergne ou encore Virgile Craven. De son coté, Kurtz prend partie d'un nouveau départ pour étendre son art.
Ce deuxième volet est légèrement différent du premier. C'est la fin des geôles. Désormais tous sont tournés vers la capture d'un ennemi public connu. On cherche aussi à comprendre et démanteler un réseau plus important.
Camut et Hug se livrent dans Stigmate à dresser le profil psychologique des principaux personnages de la trilogie. Profil souvent dual.
Rufus Baudenuit qui voit mourir et se décomposer celle qu'il aime devant ses yeux, sans qu'il puisse intervenir… Son instinct de vengeance mêlé à son sang de flic l'empêche de sombrer. Instable, alcoolique, ses réactions sont violentes, démesurées et parfois irréfléchies.
Andréas Darblay retrouve une vie normale. Mais ce n'est pas si simple. Il est devenu paranoïaque, violent avec Clara. Interné, il s'en prend aux autres patients. Son coté animal, révélé par Kurtz prend souvent le pas. Il ne cesse de penser à son ravisseur. D'un coté il veut le tuer afin que cesse cette peur de le voir ressurgir, mais de l'autre il l'admire et se sent s'en rapprocher. Un combat constant entre ses deux cotés a lieu et il ne sait lequel suivre.
Kurtz nous dévoile quelques passages de son œuvre qu'il intitule Les voies de l'ombre. Sa folie des grandeurs, son envie de refaire le monde, sa vision des être humains, inférieurs, tous ses sentiments sont présents.
Tous ces profils sont poignants. On a peur. L'être humain est-il réellement comme ça ? On se laisse à penser que oui. Notre quotidien peut nous le prouver.
La violence est accrue dans ce volet. Les auteurs ne nous épargnent pas. Torture physique, morale et psychologique, on en prend plein les yeux et c'est la première fois qu'un roman m'inspire de tels dégoûts et hauts le cœur. On vit le roman, on prend peur. Et c'est agréable. Certains trouveront peut-être que c'est trop, inutile, moi non.
Un deuxième volet des Voies de l'ombre rondement mené, une psychologie accrue, une fin attendue (pour une fois) et qu'une envie, lire le dernier tome : Instinct.
Les voies de l'ombre 2, Stigmate
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Moyenne des notes :   (1)
1
0
0
0
0
 
Pas encore d'avatar

Aline

Stigmate, second tome des Voies de l’ombre dans lequel nous retrouvons les personnages de Prédation. Cependant les livres peuvent être lus séparément sans altérer notre compréhension parait-il (personnellement je ne le conseille pas, mais bon…).
Nous retrouvons donc notre grand psychopathe, Kurtz. Ce n’est plus l’histoire des geôles de l’enfer mais une histoire légèrement plus complexe basée sur la psychologie des personnages. Que ce soit face à la douleur morale ou physique, nous suivons leurs choix, leurs décisions. Tout en nous demandant inévitablement : «Et toi tu aurais réagi comment ? ».
Cette histoire est un mélange de divers portraits croisés avec pour centre le récit de Kurtz lui-même, ce dernier a en effet écrit un roman, qu’on nous présente par extraits, intitulé « Les voies de l’ombre » (Quel hasard !).
S’il ne fallait retenir qu’un élément principal, la majorité des personnes retiendraient je pense, la violence, la cruauté, la torture, le dégout et les stigmates que ces pages nous infligent les unes après les autres. Lorsque la folie animale dépasse l’imagination pour venir nous hanter, nous interroger… Stigmate, un livre qui n’est pas près de me sortir de la tête. Vivement la sortie du dernier opus de Jérôme Camut et de Nathalie Hug en livre de poche. Les voies de l’ombre ou comment nous tenir en haleine au cours de thrillers aussi époustouflants qu’effrayants.


Aline - 24 novembre 2008 -