Anamor

Lettres de chair

Critique de l'œuvre

Fleuve Éditions
Ce roman nous a été offert par les éditions Fleuve Éditions !
Le commissaire Roy Grace comptait se consacrer à son déménagement, mais ses projets sont bousculés : une jeune femme de Brighton vient de se volatiliser et son cas émeut la ville entière. Le seul indice : un téléphone, retrouvé sur les lieux de sa disparition.
Non loin, sur un chantier du bord de mer, des ouvriers déterrent un squelette. L’autopsie révèle qu’il s’agit d’une femme dont le corps a été enfoui trente ans auparavant. Mais le plus surprenant – et glaçant – est cette marque funeste sur les os de son crâne…
À la recherche de l’identité de la victime, Roy Grace se plonge dans les archives de la police et exhume plusieurs affaires similaires. Tout porte à croire que ces cold cases et l’enquête d’aujourd’hui sont liés. Quand une nouvelle disparition est signalée, Roy n’a plus de doute : le meurtrier n’a pas achevé son grand oeuvre…
Lettres de chair est une nouvelle aventure du commissaire Roy Grace. Après tant d'années à suivre ce personnage, il est toujours agréable de voir Peter James mêler l'enquête pour laquelle le roman a été écrit et la vie privée et sociale du commissaire qui évolue au fil des années. N'ayant pas lu le précédent Pour l'éternité (lu par Aline), avoir raté quelques événements, notamment le décès de Bella m'a convaincu du bien de lire l'ensemble des oeuvres, dans l'ordre et sans en louper une seule. Faire progresser la vie des personnages permet également de ne pas se lasser et ouvre à l'auteur de nouvelles perspectives et de nouvelles situations qui peuvent servir ses futures intrigues.
L'intrigue est très bien ficelée avec sa dose de suspense bien au rendez-vous. L'histoire progresse assez lentement au début, les événement se succèdent, les rouages s'enclenchent, puis tout s'accélère vers les trois quarts du roman pour finir en sprint. Du classique, mais toujours efficace !
Il y a un élément néanmoins étrange dans sa gestion du(des) meurtrier(s) qui reste assez floue et ne permet pas de comprendre réellement le profil psychologique de ce(ces) personnage(s). Dommage, le reste est parfait !
Lettres de chair
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar