Anamor

Malhorne 1, Le Trait d'union des mondes

Critique de l'œuvre

Le Trait d'union des mondes.
Le premier tome de la tétralogie Malhorne s'ouvre sur la découverte, par l'ethnologue Franklin Adamov d'une statue au fin fond de l'Amazonie, symbole pour une tribu qui semble loin de ses terres initiales. Lors de la conférence universitaire présentant la découverte, un mystérieux personnage fait son apparition et prétend qu'il existe une autre statue semblable à la première en tout point, jusqu'au nom inscrit sur la garde de l'épée : Malhorne…
Jérôme Camut signe ici son tout premier roman. Une belle réussite prometteuse pour la suite de la série. Bien que classé dans la catégorie « fantastique », Malhorne est un véritable voyage initiatique dans l'histoire mondiale. Cinq siècles sont contés ainsi, d'époque en époque, de civilisation en civilisation depuis l'Amérique équatoriale jusqu'à la Sibérie profonde. Si nombre d'éléments cités par Camut sont véridiques, le fantastique apporte une petite mais réelle touche à la narration. Chaque situation nous est décrite avec un maximum de détails réalistes (seule la situation globale relève du fantastique, mais chut, n'en disons pas plus) et chacun des personnages est emprunt d'une personnalité qui lui est propre et si le roman n'attend pas de héros, une mention spéciale pourrait être donné au personnage de Malhorne.
Bravo Camut !
Malhorne 1, Le Trait d'union des mondes
Une critique signée Nicolas
Inscrit le 11 mai 2008  |   264 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Fantasy, Polars - Thrillers
Nicolas

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar