Anamor

Meurtres au nom d'Horus

Critique de l'œuvre

En 1479 avant J.-C., la jeune reine Hatchepsout s'apprête à monter sur le trône d'Egypte, après avoir glorieusement vaincu les Mitanniens. Mais pour obtenir le droit de porter le titre de Pharaon, elle devra obtenir l'accord des grands prêtres du royaume. Alors que ces derniers se rassemblent dans le temple d'Horus, deux meurtres sont commis dans cette enceinte sacrée. Pour que les débats puissent être menés à bien, le juge Amerotkê est dépêché sur les lieux. Il devra rapidement faire cesser les troubles, afin que la sécurité des plus grands prêtres du royaume puisse à nouveau être assurée. Aidé de son fidèle Shoufoy, Amerotkê devra démêler les fils d'une énigme historique pour démasquer l'assassin, tout en résolvant le secret d'un labyrinthe mortel, au milieu du désert.
Bien plus riche en action et en mystères que le précédent volume, cette nouvelle aventure du juge Amerotkê est très plaisante à lire. L'imagination sans limite de l'auteur nous livre ici un tueur cruel et diablement intelligent. Le cheminement du juge est très fin, et c'est un réel plaisir de parcourir à ses côtés le sable chaud de l'Égypte. L'auteur est fidèle à ses habitudes en nous livrant un roman à la fois sombre et envoûtant, sans pour autant retomber dans les mêmes mécanismes. Légère ombre au tableau, le mystère du labyrinthe, plutôt secondaire et qui peut donner la sensation de couper le récit.
Meurtres au nom d'Horus
Une critique signée Plexus
Inscrit le 29 juin 2010  |   16 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Polars - Thrillers, Romans historiques
Plexus

Vous avez aimé cet article, vous devriez également apprécier

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar