Anamor

Naître et survivre, Les bébés de Mauthausen

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Il m’en aura donné du mal celui-là... Ayant beaucoup d’empathie, trop sans doute, je me retrouve au milieu de ces femmes et ressens leurs peines, leurs douleurs, leurs terreurs et leurs humiliations. Rien à voir avec ce qu’elles ont vécu, bien évidemment. Rien de comparable. Mais, naïve pour l’éternité, j’ai du mal à concevoir qu’on puisse traiter les gens de cette façon, qu’on puisse être aussi inhumain tout simplement.
J’ai étudié la 2nde guerre mondiale à l’école. On nous y apprend que les nazis ont tué des tas de gens pour différentes raisons : des juifs, oui, mais aussi des homosexuels, des handicapés, des personnes âgées, des enfants et bien sûr des opposants au régime...
On nous parle de l’horreur des camps. Mais ça reste très abstrait. Ayant voulu compléter cette instruction par quelque chose de plus concret, je suis allée il y a quelques années passer la journée au mémorial de Caen. J’y suis allée seule, suis sortie plusieurs fois pour pleurer, pour respirer, voir le ciel, me dire que non, l’être humain ne peut pas être aussi abominable et que cette guerre est finie depuis longtemps déjà.
(Oui, celle-ci est finie, mais d’autres sont encore bien présentes... Il n’y a qu’à voir le flot de réfugiés qui essaient par tous les moyens de sauver leur peau en venant en Europe ces temps-ci).
Dans ce témoignage croisé et reconstitué, que j’ai eu tant de mal à lire, on se rend vraiment compte du quotidien abominable vécu par ces femmes (et par les hommes aussi bien évidemment, mais là, nous sommes aux côtés de femmes, dont certaines, de surcroît, étaient enceintes).
Ce n’est pas misérabiliste ou pleurnichard, non, c’est bien au-delà de ça, un constat réaliste, une énumération de faits, de gestes et de paroles... C’est par moment tellement ignoble que je n’ai même pas pleuré, tellement ahurie, abasourdie par tant de barbarie, de bêtise et de méchanceté... Je ne trouve même pas les mots. Comment appeler un homme qui laisse volontairement mourir de faim un nouveau-né (être innocent s’il en est ?) pour faire une expérience ???
Un livre à lire, ne serait-ce que pour ne pas oublier d’aider tous ceux qui pâtissent des envies de pouvoir des dictateurs d’aujourd’hui, car il y en a encore... hélas.
Naître et survivre, Les bébés de Mauthausen
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar