Anamor

Nulle part sur la terre

Critique de l'œuvre

Maben et sa petite fille Annalee marchent depuis 3 jours en direction du Mississippi. Un vieil homme les prend en stop, leur donne un peu d’argent, mais il ne durera pas bien longtemps… N’ayant presque plus rien, Maben décide de se prostituer, elle l’a déjà fait il y a longtemps et se dit que c’est juste un mauvais moment à passer. Malheureusement, rien ne va se dérouler comme elle l’avait imaginé et le cauchemar va s’intensifier.
Russel, lui, vient de passer 11 longues années en prison. Homicide involontaire, mais homicide tout de même. À peine arrivé dans sa ville natale, il n’a même pas le temps de profiter de sa liberté toute neuve qu’il se fait dérouiller par deux anciennes connaissances.
Maben, Russel, deux vies brisées qui se sont brièvement croisées par le passé et qui vont, de nouveau, se télescoper…
Des personnages difficiles à oublier, des paumés qui voudraient s’en sortir, avoir une vie la plus « normale » possible et pour qui on aimerait un peu de répit et de tranquillité, qu’ils puissent souffler un peu sans que le sort, ou la vie, ne persiste à s’acharner sur eux. Ils sont loin d’être parfaits, ils ont fait des conneries, de grosses conneries, mais ils ont payé cher aussi et la vie continue à être vraiment dure pour eux.
Un extrait :
« Il avait dit qu’il revenait tout de suite mais elle avait compris rien qu’à son intonation qu’il mentait. Au moins, il avait laissé 100 dollars, posés en évidence sur la télé. Et le sac-poubelle, avec ses vêtements et ceux de la gosse, devant la porte de la chambre du motel. Elle avait connu pire. Se faire larguer sans brutalité avait presque été une petite victoire en soi. Mais il n’en restait pas moins que le van avait disparu et lui avec et qu’elle avait déjà oublié comment il s’appelait et qu’elles s’étaient retrouvées une fois de plus toutes les deux dans une chambre qui n’était pas la leur. Alors elles étaient parties. Trois jours qu’elles marchaient. Retour au Mississippi puisqu’elles n’avaient nulle part ailleurs où aller. »
Livre lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée Littéraire 2017 organisés par PriceMinister : #MRL17
Nulle part sur la terre
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   150 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar