Anamor

Oliver ou la fabrique d'un manipulateur

Critique de l'œuvre

Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016
Ce roman fait partie du Grand Prix des Lectrices de ELLE 2016 !
Dès la première phrase, on se dit que ça va faire mal. Très mal.
Un homme, Oliver, nous explique que la première fois qu’il a frappé sa femme, elle n’a pas eu l’air surprise alors que lui l’était de son geste. Suivent quelques pages, où il nous raconte sa rencontre avec Alice, sa femme, puis le chapitre se clôt sur l’information suivante : La deuxième fois qu’Oliver a frappé sa femme, il n’a pas pu s’arrêter. Il n’a plus le droit de l’approcher depuis maintenant 3 mois. Ce qui ne fait pas une grosse différence pour elle, vu qu’elle est dans le coma...
J’avoue que mon sentiment est mitigé à la fin de cette lecture. D’un côté j’ai trouvé cette histoire intéressante (comment devient-on « méchant » ?), d’un autre côté j’aurais aimé que les personnages soient beaucoup plus approfondis.
La façon dont le roman est construit, alternant un chapitre raconté par Oliver avec des chapitres racontés par tous les autres protagonistes de l’histoire, le tout à la première personne, est intéressante car elle nous permet de rentrer dans la tête des autres personnages.
Par contre, je n’ai pas trouvé le suspense insoutenable comme j’ai pu le lire ici ou là et parler du « mal à l’état pur » me semble quelque peu exagéré (même si ce n'est pas un enfant de chœur, on est bien d’accord, on est quand même loin du serial Killer).
Bref, après une 4ème de couverture et une première page prometteuses, au final, je suis plutôt déçue.
Oliver ou la fabrique d'un manipulateur
Une critique signée Nath56
Inscrit le 27 octobre 2014  |   151 critiques publiées
Catégorie(s) préférée(s) : Romans étrangers, Romans français
Nath56

Le coin des internautes

Pas encore d'avatar